TOP PARTENAIRE
..
..
RéglementCarteMétiersPokémonsRP
A savoir
# Forum créé le 30 Mars 2015 par Trish et Thélos.
# Thème par Trish
# Codage de Never Utopia et Simon Asbjörn
bouton
Contexte
Eius populus ab incunabulis primis ad usque pueritiae tempus extremum, quod annis circumcluditur fere trecentis, circummurana pertulit bella, deinde aetatem ingressus adultam post multiplices bellorum aerumnas Alpes transcendit et fretum, in iuvenem erectus et virum ex omni plaga quam orbis ambit inmensus, reportavit laureas et triumphos, iamque vergens in senium et nomine solo aliquotiens vincens ad tranquilliora vitae discessit.
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Listen the war rage on
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Des relations haut placées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mercenaire

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

- On va vous recevoir, monsieur. Veuillez s'il vous plait aller jusqu'à la dernière salle, tout au fond du couloir.

D'un sourire aimable, Thelos remercia l'homme de bureau qui venait de lui annoncer que son attente prenait fin, puis il se leva souplement et se dirigea d'un pas tranquille vers l'endroit qu'on lui avait indiqué. Le couloir de pierre blanche était percé, sur le côté gauche du mercenaire, d'ouvertures fermées par des rideaux de tissu lourd. A sa droite, en revanche, de grandes ogives à la base linéaire et à la pointe en demi-cercle offraient une vue pleine sur l'océan et le port de la Cité, avec ses taches de couleurs humaines bougeant sans cesse, ce bourdon diffus et vivant de cacophonies amalgamées et ces senteurs qui l'émerveillaient tout autant que la veille, quand il était arrivé en ville.

Toutefoi, il n'était pas vraiment ici pour faire du tourisme. Ce fut une tache difficile, mais il s'arracha de l'ogive pour reprendre sa marche, droit vers la porte en bois qui était au fond du couloir, juste en face de lui. Là, il toqua fermement contre le panneau, s'assura brièvement que son sabre était toujours à la bonne place contre sa hanche et ouvrit la porte, s'attendant à tomber sur une personne seule derrière un grand bureau recouvert de parchemins. Il y avait un grand bureau, effectivement recouvert de parchemins, mais en revanche il y avait deux personnes au sein de ce bureau. Et le jeune homme arrivait visiblement au beau milieu de leur conversation.

- ...mais je pense vraiment que vous devriez mobiliser des soldats et des ingénieurs pour construire un pont, mam'zelle. Sans un mercenaire trouvé par hasard, on serait venus une semaine plus tard avec de la marchandise gâtée et les affaires auraient été moins bonnes.

Crios ? Que faisait il là ? Et pourquoi parlait-il de lui ? Venait-il aussi stocker des Pokemon ? Ca n'avait pas de sens, on lui avait spécialement dit de venir à ce bureau parce qu'il était étranger, alors pourquoi Crios s'y trouvait-il aussi ? Il n'eut pas vraiment le temps de répondre à ses questions muettes, puisque son entrée fit taire la discussion et se tourner les deux personnes vers lui. Hésitant un peu, il se sentit quand même obligé d'expliquer cette interruption en jetant de temps en temps un œil vers le commerçant avec qui il s'était lié d'amitié.

- Heum...désolé, je venais pour vous confier des Pokemon et on m'a dit de m'adresser à vous...on m'a aussi dit que je pouvais entrer mais si je dérange, je peux repasser plus tard.

A
vrai dire, il avait même déjà fait un discret pas en arrière...

_________________

-Un doux manteau de solitude pour se protéger du froid-
-Une tendre toile d'espoirs pour se protéger de la pluie-
-Une fragile épée de rêves pour se protéger des ombres-
-Une caressante armure de volonté pour se protéger de soi-
-Un soyeux bandeau de ténèbres pour se protéger de la cécité-
-Un puissant rugissement de vie pour se protéger de l'espoir-



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacie était assise derrière son bureau, comme souvent ces temps-ci, à son grand malheur. Le commerce de la cité était certes en plein essor, elle devait gérer les débordement de la rivière Est du territoire, qui avait causé moultes tracas en ce qui concernait les différents trafics, et notamment ceux d'origine marchande. Heureusement que le port était toujours en activité, lui au moins. Elle recevait d'ailleurs un de ces marchands, qui était venu lui suggérer la création d'un nouveau pont, plus massif et robuste que l'ancien, qui n'avait pas fait un pli face à la montée des eaux. Elle qui était d'habitude si joyeuse, il fallait bien avouer que les problèmes de ces derniers temps jouaient pas mal sur son caractère, au fur et à mesure qu'elle feuilletait et re-feuilletait les comptes de la cité. Elle entendait bien la demande du marchand, et elle l'avait d'ailleurs entendue plus d'une fois ces derniers temps, mais la construction coûterait cher à la cité, que cela soit au niveau des matériaux, certes, mais surtout en terme de main d'oeuvre. Sans parler de la distance qui séparait le lieux à problèmes de la cité... Des jours de marche qui se devaient d'être rémunérés, car ils étaient obligatoires pour les employés, mais où aucun travail à proprement parler ne serait fait... Elle avait bien conscience du soucis, et se disait qu'elle finirait sans doutes par lancer le chantier, une fois que les revenus auront encore un tout petit peu augmenté : Le commerce naval battait son plein, après tout.

Mais alors qu'elle s'apprêtait à répondre au marchand après s'être frottée les yeux d'un geste qui trahissait une fatigue naissante, des coups sonores se firent entendre en provenance de l porte, tandis que le marchand, qui n'en finissait plus de jaser, faisait l'éloge d'une brave âme, un Mercenaire apparemment, qui avait aidé le convoi. Une bonne chose, certes, mais après tout, c'était là leur boulot que de se faire rémunérer contre des services, quels qu'ils soient. C'est d'ailleurs justement à ce moment là, alors qu'elle s'apprêtait à répondre au marchand, que quelqu'un poussa la porte du bureau, sans tenir compte du fait que personne ne lui avait dit d'entrer. Lacie, un peu surprise par cette démarche peu timide, se tourna en direction de l'arrivant, au même titre que le marchand. Ce dernier était vraisemblablement étranger à la cité, à en juger par son accoutrement atypique. Un soldat ? Sans doutes... Et de Xi, à en juger par le fourreau de son arme, et à sa manière de saluer plutôt atypique. Ce dernier s'excusa, tout en profitant tout de même d'être rentré pour exposer clairement ses intentions... Un franc parlé que Lacie appréciait : Il voulait héberger ses pokemons dans cette cité... Pourquoi ici plutôt qu'à Xi ? Etrange pour un soldat... Tout autant que ses regards frénétiques qu'il échangeait avec le marchand. Se connaissaient-ils, tous les deux ?



- Bonjour. Eh bien écoutez, si on vous a dit que vous pouviez entrer, vous avez bien fait, même si on aurait guère du le dire à la base, mais j'en parlerais à mes assistants plus tard. Bref, vous voulez donc que nous hébergions certains de vos pokemons... vous êtes... ?

- Eh, mais c'est lui qui m'a aidé à traverser c'te foutue flotte ! Encore merci un mon gaillard, on aurait été dans une sacrée panade si t'nous avait pas donné un p'tit coup d'pouce !


La jeune femme, un peu agacée que le marchand intervienne dans sa discussion avec le nouvel arrivant, ne laissa cependant rien transparaître. Ainsi, c'était lui, les "Mercenaire" ? Voilà qui expliquait la présence d'un Soldat de Xi qui ne voudrait pas héberger ses pokemons à sa cité : Il devait sans doute la fuir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Il ne fut pas difficile à quelqu'un formé à analyser rapidement les situations et les gens de déceler, chez son interlocutrice, un certain agacement. Il doutait cependant que ce soit à cause du marchant. Malgré que le mercenaire en ait assez entendu pour savoir que le sujet n'était pas des plus agréables, celui qui faisait partie du convoi devait quand même être venu payer une sacrée fortune en taxes commerciales, vu les bénéfices qu'il s'était fait en arrivant à Sigma alors que la plupart des autres caravanes terrestres avaient pris du retard à cause des inondations. Sans parler des autres marchands du convoi, qui eux aussi avaient profité de cette offre moindre pour gonfler leurs prix, naturellement. Non, ce n'était sans doute pas l'apport de pokedollars dans les caisses de la Cité qui devait froisser cette femme sur laquelle le jeune homme n'avait aucune connaissance. Restaient donc peu de possibilités : lui, et le tas de papier posé sur son bureau. Thelos priait pour que ça ne soit pas lui.

La seconde chose qu'il intercepta, c'est le coup d'oeil de cette femme au sabre noué sur sa hanche. Le mercenaire s'efforça de rester impassable, mais un doute assombrit ses pensées. Cette femme à peu près de son âge serait-elle capable de détecter la provenance de l'arme ? Plus que son origine, c'était sa signification qui risquait de poser problèmes. Toutefois, à moins d'avoir déjà vu des Stratèges de Xi ou qu'on ait pris la peine de le lui signaler, qu'elle puisse l'associer à un haut gradé encore officiel de l'armée était peu probable. Après tout, une simple employée de bureau ne pouvait pas vraiment prétendre à être invitée dans les réceptions diplomatiques. Ceci dit, un petit quelque chose soufflait que cette employée n'était pas non plus la première venue. Après tout, si le marchands venait lui faire part des taxes dues à la ville, elle devait du coup s'occuper à la fois des Pokemon étrangers, et à la fois de la collecte de certains fonds. Ça commençait à faire pas mal de travail pour juste une personne. Qui sait, avec un peu de chance, l'hypothèse des dossiers contrariants était la meilleure ? Ceci dit, cela restait un manque de précaution de sa part. A la première occasion, l'ex-Stratège rentrerait couvrir le fourreau de soie noire. En attendant, tout ce qu'il avait à faire était d'offrir le change à cette femme qu'il continuait d'analyser mentalement le plus vite possible pour combler ses lacunes.

- Bonjour. Eh bien écoutez, si on vous a dit que vous pouviez entrer, vous avez bien fait, même si on aurait guère du le dire à la base, mais j'en parlerais à mes assistants plus tard. Bref, vous voulez donc que nous hébergions certains de vos pokemons... vous êtes... ?

- Eh, mais c'est lui qui m'a aidé à traverser c'te foutue flotte ! Encore merci un mon gaillard, on aurait été dans une sacrée panade si t'nous avait pas donné un p'tit coup d'pouce !

Thelos sourit légèrement face à la joie de Crios, et s'inclina légèrement en face de lui pour le saluer, avant d'accentuer un peu son salut en face de l'employée de bureau pour lui rendre le sien. Ces quelques secondes de répit lui offrirent l'occasion de peser rapidement le pour et le contre de l'attitude qu'il devait adopter. La politesse et l'égard dû au rang de cette fille, supérieur au sien en tant qu'employée de la Cité vis à vis d'un étranger, lui interdisait de l'ignorer au profit de Crios, surtout après lui avoir posé une question directe. Cependant, ignorer Crios était également contre l'étiquette, puisqu'il venait de s'adresser à lui. Finalement, le mercenaire se dépêcha de bricoler une réponse adaptée, mettant pour la première fois en pratique les cours de diplomatie que l'on donnait aux officiers de Xi supposés pouvoir représenter la Cité.

- Je suis le mercenaire de Xi engagé par monsieur Crios et le reste d'une caravane marchande pour leur assurer un trajet paisible à travers la plaine de votre nation, madame. Après avoir dépensé mon salaire dans vos échoppes, j'avais prévu de rester en vos murs quelques temps mais j'aurais aimé pour cela pouvoir confier quelques une mes troupes aux soins de vos employés. Puisque je suis étranger, on m'a dit qu'il me fallait vous consulter pour avoir votre accord. Puis, il ajouta à nouveau quelques mots. Ceci dit, je vous renouvelle ma proposition de revenir à un moment plus opportun si vous le jugez bon.

E
t ce faisant, ce sont les deux autres protagonistes qu'il interrogeait du regard.

_________________

-Un doux manteau de solitude pour se protéger du froid-
-Une tendre toile d'espoirs pour se protéger de la pluie-
-Une fragile épée de rêves pour se protéger des ombres-
-Une caressante armure de volonté pour se protéger de soi-
-Un soyeux bandeau de ténèbres pour se protéger de la cécité-
-Un puissant rugissement de vie pour se protéger de l'espoir-



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacie écoutait de façon attentive mais non moins teintée d'impatience involontaire votre discours et vos explications. On pouvait ressentir ces sentiments contradictoires à la façon qu'elle avait de jouer avec sa bague sertie d'émeraudes, tandis qu'elle tapotait nerveusement une pile de dossier avec ses doigts. Son expression, cependant, était attentive, et il était ardu de savoir quel était le sentiment qui dominait le plus à la suite de vos mots : L'impatience, ou le sérieux ? Dans tout les cas, c'est sans doutes avec satisfaction que vous remarquez les sourires amicaux qui vous sont adressés lorsque vous vous penchez pour saluer vos interlocuteurs. Celui du marchand est clair, sans équivoque : Il vous est vraiment redevable, comme vous l'avez imaginé, du point de vue financier en premier lieu. Ses affaires sont désormais florissantes, et c'est en bonne partie grâce à vous. Le sourire de Lacie, par contre, est tout autre. Bien plus bref, il n'en reste pas moins visiblement sincère, mais comme encré d'une obligation de politesse plus que par réelle envie, bien qu'on ne le sente pas non plus à regret. Attendant que vous ayez fini de parler, elle se mordit les lèvres avant de prendre la parole, non sans avoir jeté un regard meurtrier au commerçant qui s’apprêtait visiblement à en faire autant. Autant vous dire qu'il fût coupé aussi sec dans son élan, ne voulant pas contrarier la Grande Argentière.


- Non, non, autant traiter les dossiers au plus vite, comme vous pouvez le voir j'en ai déjà bien trop qui traînent. Vous souhaitez donc confier vos compagnons à nos équipes pour pouvoir pleinement profiter de votre séjour chez nous... Voilà une explication claire et sans langue de bois, c'est plus appréciable de nos jours. Attendez un instant, je vais regarder où nous en sommes de ce côté...


La jeune femme, assise sur sa chaise de bureau, était en train de farfouiller dans ses piles de dossier, un stylo entre les dents. Elle déplaçait les tas de papiers avec aisance... Toute une grâce administrative. Vous avez d'ailleurs l'occasion de voir qu'un de ces tas de papiers, reliés ensemble par un élastique, est posé un peu plus violemment que les autres sur la table. Au dessus, vous pouvez deviner un Post-It "Crues - Urgent". A en juger par le regard de la jeune femme envers ce dossier, il y'avait fort à parier que c'était là l'une des choses qui jouait le plus sur son caractère. Surtout lorsqu'on sait, comme vous l'avez entendu dire récemment en ville, que les crues sont loin de baisser. Pire encore, elles auraient repris de plus belle depuis votre passage ! Il ne faisait pas bon d'être Grande Argentière de Sigma, ces derniers temps... Mais bon, la jeune femme semblait tenir le coup malgré ces airs maussades. Elle laissa subitement échapper un petit "Ah.", signe qu'elle avait trouvé le dossier qui concernait les places libres pour la tutelle des Pokemon. Vous remarquez du coin de l’œil que le marchand, malgré son bénéfice certain à la cité, comme vous l'avez imaginé, est cependant grandement effacé, comme intimidé de se retrouver ici. Vous le voyez même glisser doucement en direction de la porte, petit mouvement par petit mouvement... Il allait finir par sortir sans se faire remarquer si ça continuait.


- Hmmm, le fait que vous souhaitez profiter de notre belle cité est un argument en votre faveur, jeune homme, mais j'ai malheureusement fort peu de places disponibles... Dites moi, pourquoi pensez vous que je devrais vous les décerner, plutôt qu'à l'un de nos honnêtes concitoyens ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

- Non, non, autant traiter les dossiers au plus vite, comme vous pouvez le voir j'en ai déjà bien trop qui traînent. Vous souhaitez donc confier vos compagnons à nos équipes pour pouvoir pleinement profiter de votre séjour chez nous... Voilà une explication claire et sans langue de bois, c'est plus appréciable de nos jours. Attendez un instant, je vais regarder où nous en sommes de ce côté...

Le jeune homme eut un sourire poli, mais également ravi. Thelos prit une demie seconde pour se féliciter intérieurement. Il avait deviné juste en essayant d'aller droit au but, cette femme semblait déborder et n'aimerait sans doute pas perdre du temps en simagrés avec tout le monde. Il lui avait délivré les informations essentielles en peu de temps, après tout : de l'argent dans les caisses de Sigma, en échange de la garde de ses Pokemon. Apparemment, ça suffisait au moins à ce qu'elle daigne dépenser de son temps pour lui, ce qui était déjà pas mal. Alors, le jeune Stratège attendit, les poignets croisés au creux des reins et les pieds légèrement écartés, dans un maintient parfait par reflexe et habitude. Seulement, s'il attendit, ce ne fut pas infructueusement. Là aussi par reflexe, le jeune homme fouilla des yeux tout ce qu'il pouvait, se gorgeant d'informations comme une éponge se gorgerait d'eau. Il traquait le moindre indice, le moindre mouvement, le moindre objet, comme s'il voulait se dépêcher de tisser une toile mentale précise où tous les points seraient reliés entre eux.

Finalement, le plus intéressant à observer était encore la Grande Argentière elle même. Comme une nuée d'oiseaux volages, les iris du Mercenaire furent attirés par l'éclat de l'émeraude à son doigt, voletèrent jusqu'aux épaules tendues de cette jeune femme à peine plus agée que lui, observèrent les nuages d'orage dans le regard de son interlocutrice avant qu'il ne serre légèrement son poignet, derrière son dos, quand elle posa plus violemment un dossier que les autres. Immédiatement, Thelos chercha à s'emparer de ce qu'il pouvait sur ce dossier, et ce ne fut pas difficile avec son titre marqué en gros dessus. Les crues. Evidemment. Ce n'était pas surprenant, cette fameuse nuit de tempête à Fulgur avait annoncé des précipitations sans précédents. Mentalement, le Xinois fit le décompte des jours. Février...la fonte des glaciers, annonciatrices de nouvelles crues possibles, allait avoir lieu d'ici un mois, un mois et demi tout au plus. Effectivement, Thelos ne pouvait que conclure que le dossier puait salement. Il était bien content de ne plus avoir à s'en mêl…

- Hmmm, le fait que vous souhaitez profiter de notre belle cité est un argument en votre faveur, jeune homme, mais j'ai malheureusement fort peu de places disponibles... Dites moi, pourquoi pensez vous que je devrais vous les décerner, plutôt qu'à l'un de nos honnêtes concitoyens ?

Complicitations. Mais il fallait s'y attendre. Sans hésiter, le Stratège se lança à l'assaut de la joute, se servant des armes qu'il venait de grapiller dans le bureau. Il tria rapidement ses arguments, et décida une fois encore de miser sur un mode simple, direct et rapide. Et sur une entrée un peu fracassante. D'un geste souple mais clairement pacifique, Thelos saisit de ses doigts fins une des Superballs des poches en cuir de sa ceinture et fit apparaître assis à ses pieds Orion, son Medhyena dont le pelage doré ne pouvait clairement pas prétendre à la discrétion. Deux petites secondes plus loin, il reprit la parole, avec humilité mais une efficacité de soldat qui faisait son rapport, tandis que le Pokemon ne mouftait pas d'un poil à ses pieds.

- Eh bien, tout d'abord, j'espère que vous comprendrez la position délicate dans laquelle je me trouve. Voici Orion, ma dame, le pensionnaire que j'aimerais vous confier. Il va sans dire que son cas nécessiterait peut-être des soins plus...professionels que les miens. D'un petit geste du poignet, il rappela Orion et rangea la sphère d'acier en continuant, regardant calmement la Grand Argentière dans les yeux. Bien sûr, au delà les quelques 9300p$ dépensés dans votre Cité, je ne compte pas manger le pain de Sigma gratuitement et profiter grassement de votre générosité alors que vous délaisseriez vos habitants pour moi. Comme vous le savez, j'ai déjà réussi à faire passer un convoi de marchands alors que j'avais un Gobou pour m'aider. Grâce aux plaques de votre Cité, c'est maintenant un puissant Laggron. Je suis sûr que vous n'ignorez pas l'habitude qu'a ce Pokemon de construire un habitat résistant aux tempêtes des océans. Si jamais vous offriez aux miens le repos, les soins et la nourriture que je vous demande humblement, il va sans dire que je ne pourrais que prendre soin des votres en retour serait ma première pensée. Les crues ne semblaient pas prêtes de se calmer quand je suis parti : renvoyez moi là bas avec une dix de vos soldats et la permission de modeler un peu vos berges, et je vous assure que si il y a un moyen de faire passer les marchands, ils passeront. Crios pourra témoigner, je suis sûr, du coeur que je mets à l'ouvrage.

Le jeune homme se tourna légèrement pour inclure Crios à leur conversation, espérant que ce dernier allait pouvoir le soutenir. Ils s'était après tout quittés en excellents termes. Seulement, en le voyant, Thelos fronça légèrement les sourcils. Tiens, il aurait juré que le marchand ne se trouvait pas si près de la porte, la dernière fois qu'il avait regardé.

_________________

-Un doux manteau de solitude pour se protéger du froid-
-Une tendre toile d'espoirs pour se protéger de la pluie-
-Une fragile épée de rêves pour se protéger des ombres-
-Une caressante armure de volonté pour se protéger de soi-
-Un soyeux bandeau de ténèbres pour se protéger de la cécité-
-Un puissant rugissement de vie pour se protéger de l'espoir-



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alors que la jeune femme rentrait finalement dans le cœur du sujet, elle remarqua néanmoins, en commençant à vous demander les atouts dans vos manches pour qu'elle autorise cette tutelle, votre regard : Légèrement effacé suite à vos réflexions sur les tenants et les aboutissants du dossier que vous avez vu sur son bureau. Ainsi donc, vous vous permettiez de jeter un œil en douce aux dossiers personnels de la Grande Argentière de la Cité de Sigma ? Téméraire... Mais relativement mal avisé de votre part. Lacie néanmoins ne laisse rien transparaître de ce qu'elle a aperçu, et se contente d'écouter vos arguments attentivement, les doigts croisés devant son visage, les coudes sur la table, dans une posture de concentration. Vous la sentez vous dévisager avec force, d'un regard étonnamment pénétrant, dur et puissant pour une jeune femme d'apparence si fine... Et ce tout du long des vos paroles savamment orchestrées. Elle ne détournera le regard que le temps d'une seconde pour transpercer à son tour votre petit pokemon à la teinte originale, tant et si bien qu'il vous semble le sentir frissonner à vos pieds : Néanmoins, c'est de nouveau pleinement sur votre personne que son attention se reporte, et ce jusqu'à la fin de vos douces paroles. Quelques secondes s'écoulent ainsi, vous laissant en proie à un blanc des plus gênants suite à votre plaidoyer. La jeune femme, quand à elle, pendant ce temps, pèse secrètement les pour et les contre de la décision à prendre. Le silence règne de la pièce, uniquement perturbé par les bruits de tissus qui se frottent, provoqués par le marchand tentant de par sa démarche gauche de s'échapper de cette situation pesante. Le regard de la jeune femme se tourne alors rapidement de vous pour venir transpercer une nouvelle signe : Ce brave homme, qui avait visiblement envie de tout sauf de ça. Il s'immobilisa net, tandis que la jeune femme tourna de nouveau vers vous son regarde le temps d'une seconde, avant de décroiser ses doigts de devant son visage pour les poser sur la table, les croisant de nouveau cependant. Elle prit alors une posture légèrement plus décontractée dans son fauteuil, bien qu'encore très digne : On sent bien l'expérience de femme d'affaire de la Grande Argentière dans son attitude.


- Votre Orion aurait donc selon vous besoin de soins plus... "professionnels que les vôtres", c'est bien cela ? Il m'a l'air en pleine santé, pourtant. Etonnant spécimen d'ailleurs, les Pokemon Shineys étant fort peu courant, même si j'ai moi même eu le plaisir de me lier à l'un d'eux, il y'a de cela maintenant quelques temps... Mais bref. Vous avez dépensé beaucoup d'argent chez nous... Soit, soit. Ce genre d'approche est assez maladroite, si vous voulez mon avis : La richesse ne fait pas tout, et nous ne sommes pas un quelconque établissement où les gérant ne s'intéressent qu'aux portefeuilles. Ce que nous devons gérer, c'est une cité... Une terre, également. Aussi, votre second argument est déjà plus intéressant. Néanmoins, j'ai déjà envoyé un contingent d'ouvriers consolider les digues... Après tout, que ferais-je à ce post si je n'avais pas pris la situation en main alors que les crues ravagent nos terres depuis déjà bien longtemps ? Bref...


La jeune femme poussa un léger soupir avant de se frotter le visage avec la paume de ces mains, l'allure soudainement fatiguée. Relevant la tête vers vous, c'est néanmoins un sourire entendu qui se découvre sur son visage jusqu'ici relativement froid. Vous la voyez griffoner un papier à la hâte qu'elle s'empresse de signer, avant de se lever et de vous le tendre.


- C'est entendu, nous prendrons soin de votre ami. Après tout, vous avez sans doutes été un peu maladroit dans votre demande, mais vous avez osé tenter le coup, et ça me plaît. Donnez ceci à la secrétaire à l'accueil, elle vous expliquera les formalités. Pour ma part je dois partir, j'ai un rendez vous urgent qui m'attends. Crios, jeune homme, je vous souhaite une bonne journée.


Sur ces paroles très solennelles, et après une poignée de main ferme et professionnelle avec la Grande Argentière, vous vous sentez convié à suivre Crios dans la voix qu'il cherchait à emprunter depuis bien longtemps déjà. D'ailleurs, il s'est tant dépêché de s'éclipser qu'il ne serait guère surprenant qu'il soit déjà hors du bâtiment, à l'heure actuelle...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Des relations haut placées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atouts des amis haut placés
» Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul.
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» L'habitat au haut Moyen-Age
» Art et Tradition-découpages du Pays-d\'En-Haut...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pleiku, l'Origines des Légendes :: Pleiku, l'origine des légendes :: Sigma :: Cité de Sigma-