TOP PARTENAIRE
..
..
RéglementCarteMétiersPokémonsRP
A savoir
# Forum créé le 30 Mars 2015 par Trish et Thélos.
# Thème par Trish
# Codage de Never Utopia et Simon Asbjörn
bouton
Contexte
Eius populus ab incunabulis primis ad usque pueritiae tempus extremum, quod annis circumcluditur fere trecentis, circummurana pertulit bella, deinde aetatem ingressus adultam post multiplices bellorum aerumnas Alpes transcendit et fretum, in iuvenem erectus et virum ex omni plaga quam orbis ambit inmensus, reportavit laureas et triumphos, iamque vergens in senium et nomine solo aliquotiens vincens ad tranquilliora vitae discessit.
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Listen the war rage on
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Le croisement des chemins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Bien avant de les voir, vous les entendez. C'est un bruit sourd que nul ne peut ignorer, le bourdon formidable d'un choeur où se combinent à la fois la puissance et une certaine forme de majesté. La cataracte des Chutes Hypnotiques vous est maintenant audible si vous tendez l'oreille, suffisamment pour vous apprendre que vous approchez de votre destination, mais assez peu pour que, si vous n'y prêtiez pas attention, le bruit soit relégué en arrière plan au même titre que le chant des Pijako dans la canopée de la jungle.

Le chemin que vous suivez depuis l'aube monte. Parfois doucement, parfois plus abruptement quand votre guide, dans un moment d'étourderie, confond les chemins et vous fait grimper des pentes de terre friable. Quoiqu'il en soit, vous montez maintenant depuis un long moment, sur un chemin en terre battue visiblement aménagée. Une veine discrète et humble qui relie sans doute la propriété de la famille de Cassiel jusqu'à Phi. Et puis, aux environs de midi, alors que vous avancez sans pause depuis votre départ, elle se dévoile à vos yeux, cette fameuse propriété.
Située sur un aplomb rocheux, une solide construction de pierre et de bois, avec un toit en chaume, domine de plusieurs bâtiments massifs toute une série de plateaux rocheux, en cascade, jusqu'à votre position. Et en parlant de cascade, outre que chaque plateau contient un petit lac irrégulier au centre et se termine par une cascade vers le plateau plus bas ; vous ne pourrez passer à côté de la vue exceptionnelle que vous offre l'endroit sur les grandes Chutes Hypnotiques.

Chacun de ces plateaux voit des Pokemon paitre, se reposer ou jouer. Beaucoup de Pokemon, sans doute une demie centaine environ, avec différents petits groupes très locaux. Ainsi qu'une femme d'environ 40 ans, qui pose son seau pour accourir en courant, avec un grand sourire ravi.

- Cassieeeeel ! Tu es rentré ! Oh, et tu as même ramené ta fiancée ? C'est formidable!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission

Le pas tranquille, une silhouette à la chevelure safranée foulait du bout du pied les étendues verdoyantes qui s'étendait devant elle, baignée par l'éclat d'un soleil à son zénith. Son regard d'améthyste, illuminé par une avidité sans précédent, ne prêtait que peu attention aux splendides couleur qui habillaient ce petit coin de paradis, trop occupé à détailler point par point la multitude d'espèces qui paissaient non loin d'un ruisseau cristallin.
Et, doucement, à la manière d'un Séviper qui s'apprêtait à mordre, la demoiselle se mouva dans la plus grande discrétion jusqu'aux écailles d'un adorable petit Corayon étendu non loin de là. Ses couleurs vives et la beauté de ses cornes avait ravient le coeur de la chasseresse qui, un sourire tout sauf rassurant aux lèvres, songeait à la joie que lui procurerait la capture d'un corayon. Quoi ? Ce n'était pas comme si ces éleveurs manquaient de Corayons ! Il y en avait ... Euh... Ok, c'était le seul, mais ce n'était pas si grave ! Le sol était jonché de corail, signe qu'il y avait forcément tout un troupeau !... Ou que le Corayon faisait a mue ... Mais depuis quand devait-elle se justifier ? Elle était une braconnière, c'était forcément immoral !
Alors, brusquement, le regard de la belle se fit plus étincelant. Les excroissances que possédaient les Corayons voyaient leurs demandes exploser depuis quelques temps, surtout à Sigma, et par conséquent cela pourrait être vendu cher ! Très cher.
La main de la chasseresse s'apprêtait donc à ramasser les branchages de corail qui tapissait le sol, tout prêt du corayon endormit qui avait été l'origine de toute cette réflexion, jusqu'à ce qu'une voix féminine et désagréable ne cri le nom de son compagnon de voyage.

Adicie sursauta donc brusquement, éveillant ainsi le pauvre petit pokémon mi-roc mi-aquatique qui l'affrontait alors d'un regard visiblement stupéfait. La demoiselle soupira donc mais ne délaissa pas pour autant le petit pokémon, craignant que celle qui semblait être la mère ou la tante de Cassiel ne soit aussi insupportable que ce dernier.  
Néanmoins, lorsque un titre tout sauf justifié émergea des lèvres de cette inconnue, Adicie se retourna à demi, livide.

— Fi-Fiancée ?!

Comment ça, "Fiancée" ? Adicie n'avait jamais signée pour cela, jamais ! Et puis cet éleveur était bien trop niais pour attiser ne serait-ce la sympathie de notre criminelle ! Il aurait été un guerrier, un puissant soldat, peut-être, mais pas ça !
Et, alors qu'Adicie s'indignait profondément à la vu de ce malentendu des plus dégoûtants, elle ne vit pas que son cher et tendre corayon rejoignait les flots avec gaieté. Non ! Corayon ! Ne part ... Trop tard ! Graaaah ! Reviens ici espèce de tirelire vivante !!!
Et, brusquement, la créature refit surface, visiblement folle de joie. Comme quoi, les Corayons allaient devenir les meilleurs amis d'Adicie !
La jeune femme se pencha donc sur le cour d'eau, un large sourire aux lèvres, et reçu pour seule et unique réponse un simili d'écume en plein visage. Rien de bien méchant à vrai dire, le pokémon jouait seulement, mais...
Adicie essuya donc du revers de sa manche un visage trempé et, lorsqu'elle releva la tête, son regard se fit plus inquisiteur et furieux qu'à son habitude, cherchant visiblement à se jeter sur Cassiel comme pour l'étouffer, ou du moins verser dans ses veines le plus douloureux des poisons. Décidément, elle aurait du le laisser se débrouiller seul face à ces pokémons sauvage et enragés ! Seul ! è..é


Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oui, fiancée. Il faut un peu replacer le contexte, aussi. Il débarque avec une jolie fille, que voulez vous que sa mère pense ? Dans tout ça, après que Corayon vous ait fuie sans que vous ne puissiez rien faire, vous tournez un regard chargé de colère vers ce pauvre Cassiel qui, rappelons le, n'est pour rien ni dans la fuite du petite Pokemon rose ni dans ce triste malentendu. Et si une monte d'espoirs l'avait saisi en voyant que vous ne contredisiez pas, cette montée est brisée nettement et proprement quand vous le fixez avec des yeux chargés de danger. Il comprend très bien le massage, ce pauvre Eleveur, et s'empêche d'intervenir auprès de sa mère qui approche de plus en plus, toute joyeuse.

- Naaaan, arrête maman, tu n'y es pas du tout ! Adeline n'est pas ma fiancée, c'est une personne qui m'a sauvé la vie alors que...

Impossible de continuer la phrase puisque la mère en question, sans doute comme toute bonne mère, se précipite immédiatement vers son fils pour l'inspecter sous tout les bords et l'innonder de questions, trop rapidement pour que l'autre puisse y répondre correctement. Cassiel l'interompt finalement en la prenant fermement par les épaules et en haussant un peu le ton.

- S'il te plait, arrête maintenant ! Je vais bien, tu vois ? Et c'est grâce à Adeline. Sauf qu'on a marché toute la journée dans la jungle, on est crevés, et je lui ai dit que ça vous gênerait pas de nous héberger un jour ou deux le temps qu'on se repose avant de reprendre la route. Ca te gêne pas ?

La femme semble se reprendre un peu, et répond d'une voix déjà plus posée et réfléchie.

- Oui, oui, bien sûr...venez donc, je vais vous conduire dans la maison, il y fait plus frais que dehors !

Vous êtes alors conduite a travers les divers plateaux, et vous observez a loisir les Pokemon autour de vous. Beaucoup de Pokemon locaux, bien sûr, comme des Charmillons, des Papinox, de grands Tropius qui marchent avec indolence tandis que, dans l'eau, une colonie d'Axoloto jouent sous la surveillance de trois ou quatre Corayons. Eux par contre, leur présence vous intrigue. Ils vivent dans la mer, normalement, non ? Ce doit être une des bestioles appartenant plus directement aux propriétaires, et qui a pu se reproduire avec quelques espèces locales. En tous cas, une fois arrivée a l'intérieur, vous n'avez que le temps de voir un intérieur simple et de bon gout que les cris de douleur d'un petit Pokemon vous interpellent, vous humains. Et ça sent pas bon.

Vous ressortez aussitôt et, guidée par la mère de Cassiel, vous arrivez a un bassin relativement peu profond, dans lequel un oeuf est en train de s'agiter, au milieu d'autres oeufs brisés, abritant des corps tout juste formés et déja tous quasi-dévorés. Pas besoin d'être un Eleveur de renom pour comprendre que l'un d'eux va éclore, et que tous les autres viennent d'être saccagés. Près des oeufs, une Musteflott git, haletante, dans une mare de sang. Encore en vie, toutefois, c'est vers elle que se précipitent Cassiel et sa mère.

- Oh mon Dieu ! Amanda ! Elle a du être attaquée... Cassi, va voir la cloture pour t'assurer qu'aucun autre Pokemon de l'extérieur ne rentre, moi je vais l'amener a l'infirmerie !

Cassiel hoche la tête et part au pas de course vers la cloture en tournant la tête vers vous pour vous crier un simple et direct :

- Adeline, occupe toi de l'oeuf restant !

...Vous savez vous occupez d'un oeuf en train d'éclore, vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission

Les muscles endolorit et marqué par les heures de marche, Adicie peinait à suivre la mère et le fils aux détours des plateaux qui composaient la résidence familiale. Il fallait avouer que, aussi bonne sportive soit-elle, son corps semblait hurler de douleur à chaque nouveau pas. Néanmoins, trop fière pour marquer une pause, la chasseresse progressait péniblement derrière les éleveurs, le regard ancré sur la variété de pokémon qui valsait non loin de là. En effet, à quelque centimètre d'elle, des papinox et Charmillons voletaient avec légereté autour de son escorte, semblant alors narguer l'avidité d'une braconnière qui gardait une main de fer sur les pokéballs de Pijako et Bouldeneu, prête à endormir les éleveurs dans le but de libérer le chemin qui la conduirait à l'acquisition d'une vingtaine de pokémons.
Oui, elle pourrait bien se faire de l'argent facilement avec tous ces pokémons, il suffirait simplement de se débarrasser des propriétaires. Accident, emprisonnement, cela n'était pas bien difficile lorsque l'on y réfléchissait, néanmoins Adicie était loin d'être en forme, ne connaissais pas l'endroit, ignorait combien de personnes travaillait ici ni quels pokémons étaient au service des éleveurs hormis quelques Corayons. Car après tout, des pokémons marins ne pouvaient s'être déplacé naturellement jusqu'ici, si ?... L
e manque d'information empêchait donc notre criminelle préférée de passer actuellement à l'acte mais, qui sait, un peu plus tard peut-être...? Oui, elle pourrait...Et ? Quel était ce cri ?

La mère de Cassiel, vive comme un éclair, vint alors fondre sur un Musteflott au souffle rauque, qui gisait douloureusement au sol, non loin de là.  Son fils avait imité sa démarche, vraissamblablement inquiet. Adicie, elle, gardait ses distances quant à ce cas de blessure grave : elle n'avait ni les compétences, ni la douceur suffisante pour jouer les infirmières Joëlle alors autant observer la scène. Cependant tous se compliqua lorsque la mère emporta le pokémon, que Cassiel déguerpit jouer les gardes frontières et que Adeline dû jouer les Oeufsitters. Adeline ? Qui était cette... Ah oui. Décidément, c'était le pire surnom qu'elle ait un jour trouvé... Enfin bref, là n'était pas le sujet.
Un craquellement attira soudainement l'attention de la future braconnière qui, légèrement mal à l'aise, observait l'oeuf se fissurer. Que devait-elle faire de ça ? Le capturer et fuir ? Dans le contexte actuel, cette stratégie pouvait effectivement marcher car après tout, si elle se faisait attraper, elle pourrait toujours se cacher derrière une excuse telle que "on a tenté de me voler l'oeuf, j'ai du fuir pour le mettre en sécurité !". Enfin... Peut être était-il plus sage de patienter encore un peu et attiser ainsi la sympathie de ses ôtes pour contempler d'un peu plus près leurs biens les plus précieux. Elle pouvait donc user de cette opportunité pour renforcer ses pseudo liens avec ces éleveurs ... Ouais ! Cela était sans doute mieux que fuir à la manière d'une voleuse, poursuivit par des corayons enragés.
Adicie se saisit alors délicatement de l’œuf afin de l'écarter des danger environnant et dévora d'un oeil avare la minuscule créature qui en sortait. Un mustébouée au regard de jais se débattait avec la coquille qui l'enfermait et semblait refuser fermement d'être prisonnier de celle-ci, quelques minutes supplémentaires. Et, alors que Adici se démenait tant bien que mal pour le maintenir tous contre elle, le pokémon finit par sauter à terre et filer.
Et merde.

Alors, sans doute poussé par ses instincts de chasseresse, Adicie se saisit de trois pokéballs et invoqua de ce fait Tenefix, Pijako et son Arcko femelle qui, dans un geste des plus vif, se saisit du bébé pokémon pour le remettre aux mains de sa dresseuse. Tenefix, lui, semblait aux aguets, visiblement inquiet, alors que Pijako penché sur le bébé mustébouée, observait d'un œil méfiant les barrières. Quelque chose semblait roder autour d'eux et, à dire vrai, la situation ne plaisait guère à cette partisane d'Oméga ; elle était le chasseur, et pas la proie ! Et elle n'était pas prête à inverser les rôles. Jamais.

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apparemment, l'éclosion s'est bien passée. Seulement, un petit hic vient perturber vos plans. La petite belette aquatique, encore couverte de liquide gluant et glissant, parvint facilement à filer entre les doigts de votre Arcko, trop petit pour le retenir efficacement. Et la bestiole s'enfuit, glisse, rejoint l'onde et se met à nager frénétiquement pour vous échapper. On dirait que votre désir de le garder prisonnier -pour le protéger, bien entendu- n'a fait que le pousser a mieux vous fuir. Ce qui est un problème, parce que vous êtes quand même un brin responsable de ce Pokemon, de ce que je me souviens.

Et ce dont je me souviens aussi, c'est que la mère de Cassiel est partie s'occuper du Musteflott blessée ; Cassiel lui est en charge d'empêcher d'autres Pokemon de passer leur clôture… Mais est ce que quelqu'un s'occupe du Pokemon qui est déjà à l'intérieur, au juste ? Une impression de danger vous cours alors le long de votre nuque, pareille à la caresse d'un long serpent qui, sensuellement, se glisserait sur la fleur délicate de votre peau. L'instinct d'un danger, d'un danger sournois, mais surtout d'un danger proche, bien trop proche. Que décidez vous de faire, au juste, alors que vous savez que vous n'avez probablement que quelques secondes pour prendre une décision efficace, et peut-être sauver le petit Mustebouée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission

Bon, ok. Accueillir la naissance d'un bébé musteboué avec une armée de pokémon était loin d'être rassurant pour un nouveau-né, mais de là à fuir ! Ce n'était pas lui qu'elle tentait de menacer mais les pokémons qui avaient poussé sa tendre maman des aux frontières de la tombe ! ... Rha ! Et voilà, la loutre filait au travers du courant et Adicie ne possédait aucun pokémon aquatique pour le rattraper, évidemment. Alors, en une fraction de seconde,  elle injuria Aceus avec virulence, jeta son sac à terre pour se saisir d'une pokeball qu'elle lança en direction de cette petite bête fuyante, et s'exclama d'une voix claire mais acérée ;
— - Bouldeneu, utilise constriction ... DELICATEMENT ! Tu n'en fais pas un wrap magicarpe / baie nanab, tu le maintiens simplement histoire qui ne parte pas plus loin. Pijako, utilise berceuse sur Mustebouée. Evites d'endormir le géant gluant à côté, j'en ai besoin.

Pijako fondit donc sur le bébé pokémon alors que Bouldeneu, bien plus lourd, progressait difficilement vers cette véritable anguille qui avait prit de l'avance. Il parvint cependant à l'enlacer à l'aide de ses lianes pour stopper sa course alors que pijako entreprenait un chant des plus doux. Adicie, elle, venait de se jeter à l'eau, au sens littérale du terme.
Elle aurait pu attendre que ses pokémons lui rapporte leur trophée, certes, mais... Quelque chose lui criait de fuir au plus vite. Alors, pour la première fois depuis longtemps, elle se mouillait et prenait part à un véritable travail d'équipe unissant pokémon et dresseur. Chose qu'elle n'appréciait, en général, guère.

La dresseuse se saisit donc du nouveau-né, comme elle le faisait par le passé avec son Tenefix une fois sortit de l'oeuf, et resta là, blottit au creux du lit d'une rivière, l'oeil alerte. Quelque chose la dérangeait, vraiment. Elle se sentait prise au piège, saisit par les griffes d'une menace invisible, et sans oser se l'admettre, commençait à voir son coeur sursauter au moindre bruissement.
Peur ? ... Taisez vous donc.
Adicie nagea donc vers la rive et y trouva refuge, trempée, épuisée, et quelque peu méfiante. Ok. Menace réelle ou fantastique, elle devait se mettre à l'abri ; elle ignorait ce qui avait attaqué le musteflot de la famille mais elle ne voulait pas être son prochain casse-croute, d'autant plus qu'après son périple dans la jungle, elle ne pourrait pas faire preuve d'autant de rapidité et d'endurance qu'à l'habitude en cas d'attaque.
Alors, méthodiquement, elle rappela Bouldeneu de peur qu'il la ralentisse, fit signe à son équipe de revenir vers elle, jeta son sac à dos sur son épaule et s'exclama ;

—On rentre, tout de suite !

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rentrer ? Oui, rentrer aurait été une bonne idée. Se mettre a l'abri, parce que vous savez que le danger n'est pas loin. Le problème, c'est que c'est trop tard, et ce depuis le moment où vous avez sauté dans l'eau. Parce que même si le petit Mustebouée est maintenant a l'abri dans vos bras...Eh bien, vous, dans les bras de qui êtes vous à l'abri ?

Du coin de l'oeil, vous voyez un mouvement vif dans la rivière. C'est un reflexe de votre Pijako qui vous sauve la vie : L'oiseau vous fonce dessus pour vous déséquilibrer, et juste a temps. En faisant une embardée sur le côté, vous esquivez le jaillissement puissant d'une longue créature, qui perce la rivière près de vous dans une gerbe cristalline, sa gueule béante passant exactement là où vous vous seriez tenue quelques secondes plus tôt sans l'intervention du petit perroquet coloré. Le Ohmassacre, frustré, se reçoit sur le sol mais ne le touche pas, serpentant dans les airs pour s'enrouler a nouveau autour de lui et vous faire face, du haut de ses 2 mètres de sauvagerie. Ses dents accrochent encore des poches de plasma et de sang, s'il vous fallait quelque chose pour l'identifier comme le gros méchant du coin qui s'est fait une omelette en guise de déjeuner. Le problème, c'est que le gros méchant semble avoir encore faim et qu'il se dresse entre vous et la pension. Sa gueule s'ouvre, et de ses entrailles sort un long hurlement chargé de menace, et de l'odeur de la chair putréfiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission
Et, alors que Arcko tournait la tête afin de retrouver l'épaule de sa dresseuse, et ce à vive allure, une ombre se dessina derrière l'onde troublée par tant d'agitation. Adicie n'y fit tout d'abord aucunement attention, trop préoccupée par le sort du mustéboué endormit qui était roulé en boule tout contre sa poitrine et le repliement de son équipe. Mais, lorsque la dissidence de son perroquet coloré lui coûta une violente chute sur le bas côté, elle comprit qu'elle aurait dû fuir depuis bien longtemps. La mercenaire roula donc sur l'herbe maculé de vermeille, faisant face aux débris de coquille azuré qui, témoins d'une sauvagerie sans nom, semblaient vouloir la confronter à la dangerosité de ce qui les avaient balayés. Mais, trop tard.
L'eau se déchira dans un hurlement et laissa entrevoir la masse monstrueuse qui traquait ce fameux petit musteboué et dès à présent sa protectrice ; une créature gigantesque, à la gueule béante, comparable à un trou noir et à la force sans précédent au vu du saut qu'elle venait d'effectuer. Elle était terrifiante et semblait incarner en elle seule l'étendue des cauchemars qu'avait connu Pleiku tout entier, si bien que ni Adicie, ni Arcko, ni Tenefix ne fut en capacité d'esquisser le moindre mouvement durant ces quelques secondes de face à face, soumit à cette aura démoniaque qui possédait des relents de Regard Noir. Mais, lorsque la créature tourna sur elle même, l'instinct de survit prit le dessus sur la peur et poussa la dresseuse et son équipe à réagir.

Le souci étant que Ohmassacre était un pokémon qu'elle connaissait à moitié mais dont elle avait retenue que, en sommes, ce cauchemar aquatique était increvable. Deux gigantesques mètres dans ta face, une gueule envieuse de te transformer en steak en quelques secondes à peine, une puissance non négligeable et ... Au fait, ce pokémon n'est PAS aquatique. Oublie tout de suite le "ouaiiis, j'ai des pokémons plantes en stock, je gère eaaaasy". Et oui, cette personnification de la Mort était un type électrique doté d'un talent fort utile nommé Lévitation. ...
Vous ne comprenez toujours pas ...? CE POKEMON N'A AUCUNES FAIBLESSES !!!
De plus, le voici dressé entre elle et la pension de Cassiel, coinçant ainsi Adicie et son équipe entre lui et une rivière qui ne rassurait pas tant que ça la braconnière. Tant pis.

En une fraction de seconde, Adicie esquissa un mouvement sur le côté afin d'échapper à la puissante gueule de cette créature, avant d'hurler à plein poumon un "BERCEUSE !"qui s'adressait visiblement à son Pijako mais aussi à toutes les âmes vivant à quelque mètre d'elle, comme pour leur signifier qu'elle était en danger sans pour autant perdre trop de temps. Cependant, si elle entama une fuite à droite de la créature, ses pokémons partirent à gauche comme pour déstabiliser la bête et gagner quelques précieuses secondes supplémentaires...

Bonne chance Adi ._.:
 

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Quand votre ordre claque, plusieurs choses se produisent. La première, c'est que le petit Zigzaton de la pension qui était près de vous décide très courageusement de se barrer, et de vous laisser a votre sort. Voilà, c'est dit. Il ne se retourne pas, ne fait pas semblant d'avoir le moindre remord. Et sans doute que le petit Mustebouée qui est dans vos bras chauds et tendres aimerait l'imiter, à en croire les soubresauts furieux qu'il fait pour essayer de vous échapper. Il n'y arrive pas, mais peut-être que si vous lâchiez la belette, Ohmassacre la poursuivrait lui et pas elle… ?

En revanche, votre perroquet a le désir de bien faire et il se lance dans la bataille. Courageusement, au demeurant. Et bien plus rapidement que le Ohmassacre. Il volète au dessus de lui et son chant de Berceuse semble toucher. Le Ohmassacre chancelle, vacille sur ses appuis aériens puis fini par s'effondrer sur l'herbe. Ses yeux furieux lancent des éclairs de haine de plus en plus ténus, et son corps est parcouru de spasmes, derniers sursauts avant qu'il ne sombre vers l'apathie. Pijako essaie de profiter de l'occasion et fond sur lui, toutes serres dehors, dans la tentative héroïque de lui crever les yeux. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu.

Ohmassacre parvient a un dernier sursaut de vitalité. Son corps se tord avec une vivacité toute serpentine, son long bras se détend...et une terrible décharge électrique percute votre oiseau en plein vol, l'éjectant de longs mètres plus loin. L'odeur de brulé que vous sentez distinctement dans l'air ne vous rassure pas, pas plus que la fumée qui s'échappe du torse a peine mobile de votre Pokemon, étalé comme une masse a terre. Bon, ok, il est dans un sale état. Mais non seulement il respire encore, mais en plus, le Ohmassacre dort comme une pierre ! Je ne suis pas sûr que vous puissiez le rouer de coups sans qu'il ne se réveille, m'enfin, ça vous laisse le temps de faire quelque chose. Ou fuir, ou tenter une autre stratégie. Vous avez un peu de temps : Même si votre cri a surement alerté Cassiel et sa mère, ils sont assez loin pour mettre de longues minutes à arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission

Le coeur palpitant à la manière d'un Passerouge prisonnier, Adicie étouffait. Sa peur était grande, bien plus grande qu'à la normal à vrai dire, mais cela semblait plus que justifié ; depuis combien d'année n'avait-elle pas été en contact avec une telle menace ? ... Depuis exactement vingt années ! Jamais elle n'avait l'occasion d'affronter un tel monstre, jamais ! Cependant, le moment semblait mal choisit pour débattre de la dangerosité de la situation car Pijako, véritable chevalier à l'armure coloré, s'élançait déjà sur son adversaire à peine endormit pour lui faire payer son agression.
Trop tard, Adicie ne pu le rappeler et contempla avec une horreur non dissimulé le pokémon électrique lui accorder une dernière décharge avant de sombrer dans les abysses du sommeil. Pijako chuta donc non loin de là, grillé à ma manière d'un vulgaire poulet. Il semblait dans un piteux état et cette fois ci Adicie ne pu se contenter de le laisser se redresser tout seul ; il ne se relèverait pas sans son aide.
Elle se précipita donc sur le petit oiseau et observa avec une attention rare son état sans pouvoir pour autant y faire quelque chose de significatif ; elle n'y connais rien en soin hormis l'utilisation de quelques baies, et pour la première fois de sa vie, elle semblait regretter le manque de détermination à en apprendre d'avantage sur les gestes de premier secours... Aussi, la chasseresse se saisit avec la plus grande des délicatesses de son petit oiseau et l'enferma aux côtés du bébé  mustéboué à présent éveillé.

Cette fois-ci, nulles raillerie n'échappa à sa langue acéré, nul propos désobligeant ne se heurta à l'efficacité de son équipe, et aucune agression se vint frapper de ses crochets venimeux les pokémons environnant. Seul une étincelle sauvage, se consumant de haine, agitait avec une véhémence rare le regard de ce Seviper aux écailles vermeilles. Adicie semblait avoir délaissée pour un temps son avarice et sa chasse frénétique de pokémon pour se focaliser sur cette créature électrique qui la menaçait, elle et ses pokémons.
Alors, d'un geste difficilement facilité par les deux pokémons qu'elle maintenait fermement dans ses bras, la belle se saisit d'une pokéball qu'elle lança tout près d'elle. Bouldeneu, colosse végétal, en sortit et sembla saisir instinctivement la gravité de la situation, alors, lorsque sa dresseuse lui ordonna de renforcer le sommeil de leur ennemi avec une Poudre Dodo, il s'exécuta avec attention ; il n'était pas question que ce monstre se relève avant un bout de temps ! Ceci fait, Adicie prit le temps d'examiner ce qui l'entourait ; il y avait des plaines à perte de vue, quelques arbres, quelques rochers aussi, mais... Hormis les pokémons qui s'étaient fait la mal à l'instar de zigzaton froussard qui s'était tapis sous une broussaille, il n'y avait rien...
Enfin...
Adicie esquissa un fin sourire et désigna du menton l'arbre qui se tenait à environs trois mètres de là ; Fier, imposant, long d'une dizaine de mètres, c'était décidément un magnifique chêne qui s'offrait à la chasseresse et ses pokémons plantes ! ... Dommage qu'Adicie ordonna à Bouldeneu de donner de grand coup d'épaule au tronc pour le déraciner et que reste de l'équipe fut contraint de l'aider à abattre cet beauté naturelle sur la Belle Endormie...
L'immense végétal s'inclina donc dans un craquement sinistre et vint brusquement écraser de tout son poids ce meurtrier sans coeur qui avait privé bébé mustéboué de sa fratrie.
Cependant, loin d'être rassurée par ce tour de force, Adicie fila aux côtés du zigzaton, se blottissant alors sous quelques fourrés aux côtés des arckos, Ténéfix, et des deux protégés qui n'avaient visiblement aucune chance de fuir cette étreinte digne des plus puissant séviper. Bouldeneu, lui, sembla long à la détente, si long que sa dresseuse dû le rappeler dans sa pokéball de peur que le monstre électrique ne se relève et contre attaque...

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Un grincement, long et sinistre, accompagné d'un bruit de déchirure. Et c'est l'arbre qui tombe. Vous, avec vos Pokemon protégés sous vos bras de mère poule improvisée, préferez ne pas rester le nez dehors pour voir la fin des hostilités. Alors que vous auriez pu profiter coup sur coup du sommeil et de la chute de l'arbre pour piquer le sprint de votre vie vers l'habitat, et la sécurité de ses murs épais, vous choisissez au contraire un peu de feuillage pour vous camoufler. Ma foi, chacun son truc, hein.

Heureusement pour vous, suite à l'amabilité d'un peu plus d'une tonne que vous venez de faire tomber sur le Ohmassacre, ce dernier a quand même très peu de chance de faire autre chose qu'avoir sa colonne vertébrale brisée. Je ne vais pas vous cacher que c'est un peu handicapant pour sa survie immédiate, et qu'il n'a même pas le temps de pousser un glapissement surpris que ses deux parties de corps se tortillent sur le sol, quelques secondes, avant de s'apaiser dans le sommeil de la mort. Quoique violente, sa fin est bel et bien réelle et prend au prédateur, encore terrible quelques secondes plus tôt, toute son arrogance de seigneur.

Entre vos cris et l'arbre tombé, toute la pension est ameutée. Toute, et en particulier Cassiel qui accourt le plus vite possible, accompagné dans les airs par un Tropius qui se pose lourdement près de vous.

- Adeline ! Tout va bien ? J'ai entendu un...bon sang, mais c'est quoi ce truc ?

« Ce truc », ce sont les restes du Ohmassacre, ensanglantés et déchirés par le poids de l'arbre. On dirait que cette vision, et l'odeur des entrailles fraiches, ne plait pas à votre soupirant. Ce dernier préfère se tourner quelques secondes avant de répandre copieusement le contendu de son ventre sur le sol. De longues secondes plus tard, pâle et chancelant, il se reprend un peu et vient inspecter le Mustebouée. La belette aquatique, qui n'a pas l'air de vouloir vous lacher, reste dans vos bras tandis que Cassiel organise le déblaiement de l'arbre et du cadavre avec les Pokemon de la pension.


_____________________


La nuit est tombée, et la jungle diurne s'est endormie. La nocturne, éveillée et doucement palpitante, est tenue loin de vous alors que des murs de pierre et de bois vous enferment dans une salle à manger simple et réchauffée par un feu vif. La table de bois rouge, un peu mal dégrossie, est pourtant couverte de mets riches que vous savez offerts de bon coeur. Parce que oui, depuis votre intervention héroique, toute la famille à passer le diner à vous choyer d'affection et d'amitié, peut-être même de reconnaissance. C'est alors que vous entamez votre dessert que le père de Cassiel et mari de votre hôtesse lève son gobelet, comme pour porter un toast. A vos pieds, vous sentez Mustebouée s'agiter un peu, rouler en boule autour d'une de vos chevilles qu'il n'a pas quitté depuis le début du repas.

- Adeline, je dois encore vous remercier. Vous avez non seulement protéger ma famille, mais aussi ma pension et mes Pokemon. Nous devons être bénis pour avoir croisée. Comment pourrais-je vous remercier de tant de risques pris pour nous ? Dites moi ! Nous ne possédons pas grand-chose, mais peut-être pourrons nous vous l'offrir avec plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission
L'oeil ancré sur les soubresauts de l'anguille, Adicie n'esquissait aucun mouvements. Elle semblait guetter une contre-attaque émanant de la Bête, craindre que, à l'instar d'un revenant, le Ohmassacre ne se redresse et ne se jette à sa gorge. Cependant et heureusement pour elle, rien de cela ne semblait se présenter à sa vue. Alors, doucement, tout doucement, Adicie se redressa et osa franchir sa muraille végétale pour approcher le corps éviscéré qui s'offrait à elle.
... Elle ne l'avait pas raté et, bien que cela soit cruel à souhait, il fallait avouer que la braconnière éprouvait une certaine fierté face au cadavre fraichement dépossédé de sa véhémence ; elle venait de tenir tête à un Ohmassacre affamé et l'avait mis K.O grâce à un arbre ! Un ARBRE ! Pas mal pour une dresseuse débutante n'est-ce pas ? Alors, lorsque la pension et ses occupants se dessinèrent au loin, la demoiselle vient se saisir du Zigzaton qui se trouvait à ses pieds, l'enferma dans ses bras auprès de Mustéboué et un Pijako qui s'éveillait doucement, et s'avança un fin sourire aux lèvres.

Sa poitrine, bombée par l'orgueil, refermait cependant en son sein un coeur palpitant et craintif. Adicie réalisait à peine la chance qu'elle eut de posséder une telle équipe, car sans l'intervention de Pijako ou Bouldeneu, elle y aurait sans doute laissé un bras... Ou plus...
Son regard améthyste, profond et hésitant, se heurta alors au plumage brûlé de l'oiseau comme pour s'enquérir silencieusement de son état sans pour autant parvenir à panser la douleur. Elle ne savait réellement quoi faire et, c'est pour cela que lorsque l'arrivée des hôtes de la pensions la rassura en un certain sens. Et, alors que Cassiel s'évertuait à vider son estomac de tout son contenu auprès du cadavre, Adicie confia son petit oiseau au père de celui-ci, priant pour que son petit perroquet s'en sorte indemne et sans trop de douleur. Il lui avait tout de même sauvé la vie, ils pouvaient le traiter avec un minimum de délicatesse quoi.

Mais, alors que le regard de la belle, teinté d'anxiété, s'était fermement agrippé au plumage d'un oiseau qu'on examinait, Cassiel se remit de ses états et se pencha sur un musteboué qui semblait fermement refuser d'échapper à l'étreinte de la future braconnière.
Normal me direz vous. Il ne connaissait pas Cassiel, et sa première vision de l'éleveur était un homme en train de vomir sur le cadavre d'un monstre dont Adicie l'avait protégé. Le choix était vite fait. Alors, c'est la poitrine bombée et un sourire malicieux aux lèvres que la dresseuse vint glisser son index sous le menton de la belette pour le caresser à la manière d'un miaouss, satisfaite. Elle gagnait des points auprès des pokémons et des ôtes de pension, elle pourrait peut être leur extorquer quelques avantages sans même les voler ?
C-comment ça "fourbe" ? Vous pensiez sincèrement qu'elle avait fait tout ça pour eux ? Elle ne les connaissait même pas ! Elle n'avait fait que sauver sa peau et celle de bébé mustéboué, c'est tout. Son objectif n'avait pas changé d'un pouce ; elle voulait des pokémons !

Quelques heures plus tard, à la nuit tombée, notre petite tueuse d'Ohmassacre, sagement installée à la table des éleveurs, était choyée et couvée d'attention. Son coeur, gonflée d'orgueil par tant de flatterie qu'elle n'avait jusqu'à ce jour jamais connue, lui soufflait néanmoins de taire sa prétention et de rester prudente, préférant ainsi jouer la carte de l'humilité pour se faire passer pour une adorable petite créature tombée du ciel. Car oui, Adicie avait malgré elle jouer avec brio lors de cette première manche et devait donc faire de même, si ce n'est mieux, lors de la seconde.
Et, lorsque Adicie vint abattre sa cuillère sur son pauvre petit dessert, un verre se leva. H-hein ? Quoi ?
Surprise, Adicie esquissa un mouvement qui sembla éveiller le mustéboué couché à ses pieds, et le regard améthyste de la demoiselle se heurta brusquement à celui du Père qui la félicitait une énième pour son acte. Néanmoins, cette fois ci, il ajouta le mot "offrir" aux compliments. Aaaah ? La deuxième manche s'entamait.

Silencieuse, Adicie baissa doucement le regard sur le mustéboué qui l'accompagnait. Elle songeait, cherchant le plus rapidement possible une stratégie à adopter et murmura un simple "Je n'ai fais que ce qui me semblait juste et bon." comme pour temporiser l'action et persister dans son rôle de petite fille modèle.
Puis, lentement et emplit de délicatesse, Adicie leva ses grands yeux parme en direction du chef de famille. Elle possédait un regard semblable à celui d'une enfant auxquelles on ne pouvait rien refuser, et pourtant arborait les charmes d'une jeune femme dans la fleur de l'âge, ceux d'une nymphe douce et délicate, alors... Comment résister à cette voix qui venait vous caresser ? Dommage qu'elle se rapprochait plus de celle d'une Bacchante que celle d'une Méliade.
"Je ne veux pas vous importuner plus que cela... Vous êtes déjà si bons avec moi.." Entama la belle qui ramenait doucement Mustéboué contre sa poitrine. Elle le caressa un instant avant d'ancrer de nouveaux son regard dans celui du patriarche, minaude et irrésistible. C'était un serpent. Un splendide Serviper qui, une fois vous avoir prit dans ses anneaux, vous étouffez lentement sous des paroles mielleuses... Et mine de rien, son étreinte se refermait lentement sur le Père de famille...


—Mais il est vrai que je suis une simple petite voyageuse... Que mes pokémons débutent leur apprentissage et qu'avec tout ces criminels dans les parages je ne me sens que peu en sécurité... Mais si je veux posséder à mon tour mon propre élevage, je dois passer par là. Je dois vous avouer que je suis profondément admirative devant tous vos pokémons et votre travail, et que vous avez conforté mon rêve de devenir une bonne éleveuse ! Elle marqua une pause et arbora son plus beau regard de chaton battu avant de reprendre d'une voix presque tremblante ; mais... Avant de rencontrer votre fils j'ai croisé deux hommes en noir qui ont volé l'un des sacs contenants mes pokeballs... Heureusement, il m'en restait assez pour agrandir mon équipe et me défendre... Mais... Je dois vous avouer que parfois, j'ai vraiment peur de reprendre la route... Il faut que mes pokémons gagnent en expérience, que j'en attrape de nouveaux... Et peut être que, ainsi, je pourrais devenir une aussi bonne éleveuse que.. Vous..?

Elle méritait un oscar, vraiment. Des semblants de larmes s'était même formé aux coins de ses yeux pour appuyer l'aspect pathétique de cette tragédie improvisé et tous sauf réelle. Mais que voulez vous, lorsque l'on veut quelque chose hein...

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce n'est pas bien, ce que vous faites. Vraiment pas bien. C'est aussi vraiment efficace, avouons le, mais ce n'est vraiment pas bien. Votre voix de petite fille sage et suppliante couplée a vos charmes de femme, que la pression de Mustebouée contre votre sein met en valeur, aide pour beaucoup au trouble qui surprend et agite ce pauvre père de famille,  lui faisant perdre tous ses moyens quelques secondes. Cassiel ne remarque rien a votre manège, mais la mère et épouse, elle, n'est pas dupe. C'est une femme et une femme sait toujours quand les autres de son espèce renardent et rusent en usant de leur attirance. Sur son mari qui plus est, ça passe mal. Mais alors que son regard se charge d'une colère outragée et qu'elle ouvre la bouche pour parler, son mari la coupe, n'étant plus attentif qu'à vous.

- Oh, pauvre enfant, ne pleurez donc pas ! Je suis content que mon fils ait su vous protéger et vous guider jusqu'à nous, vous êtes la bienvenue entre ces murs pour prendre autant de temps que nécessaire afin de vous renforcer, vous et vos Pokemon ! Et dès demain, je vous apporterai quelques pokeballs pour compenser ce vol odieux dont vous avez été victime ! Rendez vous compte, piller une pauvre petite comme ça, quelle honte, quel...

Ca continue encore un moment, mais la jubilation du triomphe a d'ores et déjà libérer sur votre langue un goût plus suave et plus sucré que tout ce à quoi le dîner vous a habituée. Malgré l'hostilité quasi palpable de la maitresse de maison, le pater familias lui est entièrement a vos pieds et n'a d'yeux que pour vous tout le reste de la soirée. Et quel regard, au demeurant ! Vos yeux, malgré leur éclat tantôt humide, tantôt captivant ; ne sont pas la seule chose que votre interlocuteur se permet de regarder.

Heureusement pour vous, cette situation gênante cesse rapidement, justement quand cette même épouse se lève sèchement, prétexte une migraine et clos le repas avec brusquerie. Pendant que vos hôtes débarrassent le couvert, Cassiel a pour mission de vous montrer vos appartements : une chambre toute simple, d'une dizaine de mètre-carrés. Meublée simplement mais confortablement, elle n'a rien de luxueux mais possède en revanche ce petit côté chaleureux et intime des cocons douillets.

- Sacré journée, hein ? Je suis pas mécontent qu'elle soit terminée. Cette attaque et ce massacre...ça m'a complètement mis sur les rotules. J'ai vraiment besoin de repos… Je suppose que toi aussi. C'est une des chambres qu'on prête aux saisonniers quand on recrute du monde, t'y seras bien. A demain, Adeline.

Il ne prend le temps que de vous écouter répondre et de sourire avant d'aller dans sa propre chambre, près de celle de ses parents, a l'autre bout du bâtiment. Pâle et le corps débile, Cassiel ne semble pas mentir quant à son état et c'est sans doute pour cela qu'il ne tente rien auprès de vous ce soir, alors que vous avez acquis a ses yeux le statut d'héroïne quasi divine. En revanche, quelqu'un d'autre tentera quelque chose avec vous, ce soir...


Il fait nuit. Et depuis longtemps. Votre corps alanguie de sommeil et de torpeur, votre peau caressée voluptueusement par la chaleur du tissu et du drap ; quittent le repos et le calme alors que vos sens vous alertent sur un changement dans votre environnement. Pas assez brutal pour tout de suite vous éveiller, mais assez insistant pour que vous ne puissiez passer à côté des discrets mais empressés battements votre le chêne de votre porte. Ni à côté de la voix de mâle en rut qui s'élève de l'autre côté du panneau de bois.

- ...allez, ouvre cette porte, ma petite chatte...ne fais pas attendre ton gros matou plus longtemps...tu crois que je n'ai pas compris ton petit manège, a table ? Tout ce temps que tu veux soit disant pour tes Pokemon, alors que tu minaudais et miaulais… Tu avais vraiment besoin de tous ces artifices pour passer plein de temps avec moi ? Mais ne t'en fais pas, je sais comment calmer tes chaleurs... Allez, ouvre donc, je vais bien prendre soin de toi...

Problème. Panique. Heureusement, vous avez pensé à verrouiller la porte de l'intérieur avant de vous coucher, mais la clef n'est pas dans la serrure et lui en a surement un double. Que faire ? Vous livrer a ce Grotichon mort de faim et bavant sur vous, pour profiter pleinement des avantages qu'il peut vous offrir ? Ou alors trouver un moyen de l'éconduire, au risque de vous mettre à dos et la mère et le père ? Problème. Qui s’aggrave quand vous réalisez que vous n'avez que quelques secondes pour vous sortir de là et faire votre choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission
Blottit contre le cœur inerte de Morphée et à l'abri de ses grands bras qu'étaient songes et cauchemars, Adicie mit quelque temps à émerger de sa torpeur, arrachée à ses rêves de richesses par des coups portés à la porte. Qu'est-ce que... Elle se redressa à demi, dérangeant ainsi le musteboué qui sommeillait tout près de son visage, et scruta longuement la pénombre comme pour s'y habituer. Hélas, elle ne comprit que par la suite les tenants de cette étrange histoire... Le danger n'était pas à ses pieds, penché à la manière d'un démon sur sa fragile poitrine, mais bien là dehors, sale, perfide, et l’œil voyeur. Et, lorsque la voix de ce père de famille s'éleva pour déverser un fétide venin, poisseux et nauséabonde, sur ce joli vivaldaim aux flancs immaculés, Adicie contempla l'Effroi parcourir son échine révoltée. Qu-quoi ? Il ne souhaitait tout de même pas...
Les acoups se firent plus insistant, signe qu'il ne partirait pas d'aussitôt... Alors, la chasseresse se fit proie.

La jeune femme repoussa les draps qui la protégeait jusqu'à présent de ces mains sales cherchant à s'apposer contre sa fine chemise de nuit et, observa un instant la configuration de la pièce. Fuir serait simple car sa chambre était situé relativement bas, néanmoins le terrain était parcourut par des pokémons incroyablement puissants et beaucoup trop nombreux pour que elle et son équipe ne parviennent à leur tenir tête. De plus, Mustéboué la suivrait et les éleveurs pourrait par conséquent prétexter le vol de pokémon, lançant donc à la poursuite de cette pauvre petite chose des rangers que peu commodes et là, ça se compliquait. Adicie était déjà l'auteur de quelques petits crimes sans grande envergure à Phi certes, mais elle ne comptait surement pas se cantonner au racket de gamins et captures conventionnelles, non... Elle ne pouvait donc pas prendre le risque que des Rangers  prennent connaissance de son visage. Cependant, il n'était pas non plus question qu'elle se laisse souiller par un tel animal. Alors, le regard de la demoiselle se porta sur les seuls en qui elle pouvait avoir ne serait-ce qu'un peu de confiance ; son équipe.
Elle fouilla donc le plus discrètement possible son sac à dos et se saisit de la pokéball de son cher Bouldeneu qu'elle invoqua, puis, elle  fit signe aux Arckos, Mustéboué et Ténéfix de rester tout prêt d'elle tandis que Pijako recevait un ordre à peine audible. " Berceuse ".

Muh ? Tu fais quoi Adi ?
La demoiselle se précipita alors sur la fenêtre, ouvrit les volets et se hissa avec une certaine agilité hors de la chambre, Mustéboué dans les bras. Elle laissa Bouldeneu au Patriarche et couru le plus rapidement possible en direction de la chambre de Cassiel. Et, soumise à la pénombre grandissante, Adicie avança quelques peu à taton, guidé par ses pokémons. Ses deux Arckos étaient parti devant à toute vitesse et entrouvraient les volets à grand coup de queue (ceci n'est pas tendancieux, c'est le pokédex qui indique qu'ils attaquent ainsi :p) afin d'en découvrir le contenu. Adicie elle, ne ralentissait pas et bien qu'une course nocturne en petite chemise de nuit n'était franchement pas agréable, elle prenait sur elle ; c'était soit ça, soit ce vieux porc, et il n'était pas question qu'il pose ses griffes sur ses cuisses, jamais ! Les deux geckos, perché sur le rebord d'une fenêtre, commencèrent alors à s'agiter signe qu'ils avaient trouvés ce qu'ils voulaient ; La chambre de Cassiel. Adicie sprinta donc jusqu'à elle et frappa un peu trop précipitamment à sa fenêtre, trahissant ainsi et malgré elle une anxiété déjà apparente...

Alors, soudainement consciente qu'elle ne pouvait pas crier sur tout les toits que le père de cet éleveurs étaient un être pervertit à souhait, la jeune femme tenta de retrouver son calme pour feindre au mieux une émotion qui semblait pourtant bien plus sincère qu'elle ne le pensait ; la peur. Elle leva ses grands yeux parme en direction de la fenêtre, des perles salées en leurs coins, et murmura d'une voix tremblante un simple et timide ;  
"Cassiel... Je... Je n'arrive pas à dormir... Je sais que c'est idiot et ... Et que je n'avais pas à te réveiller, et j'en suis terriblement désolée... Mais... Je fais tellement de cauchemars.. Cet Ohmassacre.. S'il y en avait d'autres... Vos pauvres pokémons et... J'éprouvais ce besoin de te voir... Terriblement mignon. Elle marqua une pause et serra d'avantage le petit musteboué blottit là, tous contre sa peau, lui accordant de doux coup de langue sur la joue comme pour la rassurer. La demoiselle lui accorda un pâle sourire, craignant toujours pour sa pauvre virginité, et sécha alors les larmes factices d'un revers de la main avant de reprendre, le regard bas et la moue timide ; Je... Je peux rester un peu avec toi...? S'il te plaît ? Je me sentirais bien plus en sécurité si tu es là... Avec moi... Je me ferais toute petite, promis... J'ai simplement besoin de me calmer, et... Et je pense n'y arriver qu'en ta présence... Elle me rassure..
Non, pas la moue de skitty battu, Adi, c'est déloyal ça ! Adicie ! è..é

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vous n'avez pas vraiment le temps de connaître le résultat de votre Berceuse, car vous êtes alors déjà dehors depuis plusieurs secondes quand l'homme se décide à ouvrir la porte avec sa propre clef. Ceci dit, vous n'entendez aucun son, aucun bruit, aucun choc. Il n'y a surement pas eu vraiment de lutte entre votre tentaculaire ami et votre soupirant un brin insistant. Peut-être est-il tombé endormi, ou peut-être que votre Pokemon lui a brisé la nuque ? L'a étranglé avec ses lianes ? Vous ne lui avez donné aucun ordre, et ça serait tellement dommage que vous soyiez accusée pour meurtre…

Quoiqu'il en soit, cette considération, si elle vous vient, ne le fera pas avant qu'un Cassiel mal réveillé ne vous laisse entrer dans sa chambre, vous y aide même en vous hissant a travers la fenêtre ouverte. Vous vous retrouvez brièvement contre lui a l'atterrissage, en chemise de nuit légère et après avoir flatté son égo ; et c'est a cette occasion que vous remarquez combien le fils se différencie du père. Le timide adolescent se contente d'un rougissement voilé par les ténèbres de la nuit et de reculer un peu trop précipitamment, vous laissant a loisir constater que sa chambre est naturellement plus fournie et plus grande que la votre. Un tapis au sol, un lit plus grand, une petite table...

Une fois que votre Tenefix, vos deux lézards et Mustebouée vous ont rejoint, Cassiel entreprend de se protéger du froid en fermant verre et bois entre le cocon de chaleur de la chambre et l'extérieur un peu moins hospitalier. Vous avez de la chance, le garçon déjà simple et naif est en plus traumatisé et épuisé ; pas en état en somme de trouver louche votre attitude et la présence d'autant de petites bêtes.

Non, tout a votre soin et votre bien-être, autant parce qu'il est bien éduqué et bon de nature que parce que vous êtes la première femme -et quelle femme !- qu'il cotoie vraiment, le fils de vos hôtes se contente d'enfiler une tunique de lin blanc par dessus son torse nu, complétant un pantalon identique, et s'approche de la porte pour s'apprêter a ouvrir.

- Je te comprends, moi c'est pareil, j'ai un mal fou a dormir après avoir vu ce cadavre…et les œufs brisés...Enfin, parlons pas de ça. Je vais chercher ta couverture et ton oreiller dans ta chambre, moi je vais prendre les miens et dormir sur le tapis.

Là c'est le moment drole où vous réalisez que dans votre chambre, il y a votre Bouldeneu et possiblement le cadavre de son père. Une solution pour le retenir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission
Lorsque la fenêtre s'entrouvrit sur le jeune éleveur et que ce dernier aida la criminelle à fuir la morsure du froid, Adicie éprouva un certain soulagement qu'elle ne su dissimuler derrière ses multiples masques. Le brun la souleva donc et l'aida à poser pied à terre, un geste qu'elle récompensa par un sourire franc et sincère. Néanmoins, une fois dans la chambre Adicie prit la peine de l'explorer du regard dans un souci de curiosité mais aussi et surtout dans un but purement stratégique ; elle devait apprendre à cerner la demeure car si Cassiel semblait l'apprécier un minimum, elle venait de se mettre à coup sûr ses parents à dos, et par conséquent, son petit repos au sein de l'élevage était sur le point d'être compromis. Oui, elle devait se mettre la mère dans la poche histoire de la contraindre à baisser un peu sa garde... Mmh. C'était jouable... Enfin, peut être ? Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour obtenir des pokémons, du matériel et devenir maître de Pleiku une personne richissime et influente ! J'vous jure.
Cependant, lorsque Cassiel émit le souhait de retourner jusqu'à la chambre de notre braconnière au regard améthyste pour chercher de quoi dormir, la demoiselle songea que s'il la délaissait et retrouvait son père, ce dernier remonterait jusqu'à elle ou lui ferait des remarque qu'elle n'apprécierait guère... Alors, trouva place sur le lit, sagement assise, mais s'empressa d'attraper la main du jeune éleveur pour le ramener délicatement à elle. Son regard, intenses et captivant joyaux, ne lâchait plus le jeune homme comme pour l'hypnotiser ou arrêter le temps. C'était un regard peu banal qui, une fois souligné par le pâle éclat de la lune, prenait des airs quasis mystiques.
Je t'en supplie Cassiel... Reste avec moi...
Bon. C'était le moment où elle devait faire un truc bidon pour lui faire comprendre qu'elle refusait qu'il parte, c'est ça ? ... Une chance qu'Adicie appréciait le théâtre, vraiment. La jeune femme attira la main de l'éleveur jusqu'à sa propre joue et resta là un instant, les yeux fermés et le coeur soupirant de désespoir. C'était risible, vraiment, mais parfois il fallait se salir les mains pour la bonne cause...
Adicie laissa alors échapper un fin soupir qui aurait pu s'apparenter à celui que l'on pousse face à une certaine forme d'aisance, néanmoins cela n'en était pas un. Quoi que, la demoiselle appréciait la compagnie de ce jeune homme quoi qu'un peu trop naïf, du moins déjà plus que celle de son père. Mais bon. Jouer les poupées de porcelaine pour obtenir ce qu'elle désirait n'était pas forcément ce que préférait la jeune femme, mais à défaut de savoir se battre et posséder des pokémons surpuissant, elle devait apprendre à ruser. Et mine de rien, user de ses moues adorables était assez simple et relativement efficace, alors pourquoi se compliquer la vie ?
Tu peux dormir avec moi si tu le souhaite, je te vole déjà un peu de temps et d'espace, je ne vais pas te voler ton lit tout de même... Et puis, comme ça je ne pourrais pas faire de cauchemars si je te sais à côté de moi... Enfin, je peux toujours dormir sur le fauteuil si tu préfères... Mustéboué me tiendra chaud... Mais reste avec moi, s'il te plaît...

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dormir avec vous ? Cassiel vous regarde avec des yeux qui trahissent une vive surprise, très vite suivie de gêne. Néanmoins, vous distinguez grâce au rais de lumière nocturne qui perce entre le très léger interstice des volets qu'un sourire franc et heureux est épanoui sur le visage du jeune homme. Alors le couchage s'organise, et vous n'allez pas dans le fauteuil, non. Vous êtes allongée sur le flanc, dos tourné a votre sauveur de la nuit pour éviter d'avoir le visage tourné l'un vers l'autre, et les souffles doucement s'apaisent. Cependant, quelques minutes après que vous vous soyez allongée, les draps bruissent doucement dans un frottement qui se veut discret, prudent mais surtout délicat, et vous sentez le bras de Cassiel se glisser sur votre hanche jusqu'à vous ceinturer tendrement la taille. Son torse sert de couverture a votre dos, et son souffle, tranquille, caresse voluptueusement les cheveux de votre nuque a chacune de ses expirations. Il parle, tout bas, tout précieusement, et vous sentez a travers le ton de sa voix a quel point, en cet instant, il est fier, heureux et attendri de vous protéger de cauchemars qu'il croit vrai. De bénéficier d'une affection qu'il croit sincère.

- Bonne nuit, mon Adeline...et fais de beaux rêves cette fois...

Et puis il s'endort, sans doute pour la première nuit de sa vie sans être seul dans ses draps. Vous ne sentez rien d'autre que la pureté naïve et sincère de ses sentiments -il faudrait être stupide pour les ignorer-, et les battements puissants du cœur gorgé de bonheur de votre ami, qui doucement pulsent contre votre dos. Je me demande si, bercée par ce métronome amoureux et qui vous croit sincère, vous éprouvez de la honte ou du triomphe, durant cette fin de nuit.



____________


Ce qui vous tire du lit est un long cri de surprise, typiquement féminin. Le genre de réveil matin que personne n'aime, mais qui vous tire du lit efficacement. Encore dans vos tenues de nuit, vous et Cassiel, a moitié sortis du lit avant même de savoir pourquoi une trompette de l'Apocalypse vous sonne dans l'oreille ; reprenez vos esprits au deuxième hurlement. Le jeune homme est le premier à réagir, sans doute parce qu'il connaît les lieux : il part en trombe, ouvre la porte en se cognant au mur et pique un sprint a travers le couloir. Vous le suivez bon gré mal gré, jusqu'à voir la mère de Cassiel a l'entrée de votre chambre, en train de taper avec une poêle en cuivre les tentacules d'un Bouldeneu que vous connaissez trèèèèèès bien.

- Aidez moi, un gros Bouldeneu gluant est en train d'attaquer mon mari ! Aaaaaah!

Elle pousse un autre cri hystérique qui semble vriller directement la chair délicate de votre cervelle, et par la porte grande ouverte, quand vous vous approchez, vous constater que le Bouldeneu est votre Bouldeneu, et qu'il se contente de faire un énorme câlin tentaculaire au père de Cassiel avec un sourire ravi. Visiblement, ils n'ont pas bougé de la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission
Efficace ? Toujours. Adicie ne fut donc pas surprise de trouver place tout prêt de l'éleveur, néanmoins... Cette fois c'était différent. Et pour tous vous avouer, Adicie aurait préféré qu'il refuse et qui lui tourne le dos, quitte à attirer son père jusqu'à elle. Adicie avait été saisit par ce sourire épanoui et surtout sincère qu'il lui avait adressé avant de se glisser sous les couvertures... Non, elle n'allait tout de même pas se laisser corrompre par un simple sourire ! C'était quoi ça ? Elle était une criminelle, la fille d'une mafieuse de haut rang, l'enfant de Nyx Rosebois, et il n'était par conséquent pas question qu'elle se laisse avoir par une ruse aussi fourbe que celle ci. Cassiel était un bon comédien mais pas au point de corrompre qui se voulait aussi noir que les ténèbres mêmes !  
Mais était-ce réellement une ruse ? Il fallait être fou ou aveugle pour le croire, et Adicie avait pertinemment saisit la sincérité d'un tel comportement. Cependant elle tentait de se persuader qu'il n'était qu'un bon comédien et qu'il tenterait de la piéger tôt ou tard, afin de justifier son comportement et se dédouaner de quelconque remords, mais.. Lorsque le jeune homme se tourna délicatement vers elle et chercha à la protéger de terreurs nocturnes factices, le coeurs palpitant tout contre le dos glacial de ce reptile au regard d'améthyste, Adicie ne put échapper à ce sentiment pourtant exilé depuis longtemps, à cette pointe douloureuse qui perçait sa carapace. Son corps se raidit alors, soumit à un contact qu'elle ne connaissait pas. C'était bien la première fois qu'on la prenait ainsi et que l'on se penchait sur elle pour tenter de la protéger... Enfin, qu'une personne autre que sa soeur Lyssa l'étreignait... Quoi que, cela remontait déjà à une dizaine d'année... Cela faisait donc autant de temps qu'elle n'avait par reçu de câlins ? ... Attendez ! Ce n'était pas ça qui allait la corrompre ! Elle était bien plus forte que ça ! Whow ! Vous la prenez pour qui ?  
Adicie vint donc enfouir son nez dans les draps de l'éleveur et se remémorer toutes ses fois où elle avait mordu la poussière pour avoir baissé sa garde ne serait-ce qu'un peu, histoire de se convaincre de la nécessité de maintenir en place ce petit jeu qu'elle ne menait plus aussi bien qu'en début de semaine... Mais...
Elle ferma les yeux et serra les poings, une canine écorchant volontairement sa pauvre lèvre inférieur. C'était décidément plus difficile qu'elle ne l'imaginait... Elle songea donc en cette soirée, étreinte par une chaleur qu'elle ne connaissait pas et une sincérité qu'elle avait toujours cru chimérique et irréelle... C'était assez agréable en vérité, et Adicie profita sans se l'avouer de ce plaisir coupable.

Cependant, cette étrange sentiment lui fut arraché au levé du jour par un cri strident et terriblement désagréable. Musteboué qui dormait tout contre son cou se redressa aussitôt et chercha à éveiller une jeune femme étendue sur le matelas, déterminée à ne pas bouger. S'il s'agissait d'une femme que l'on égorgeait, qu'elle crève rapidement ; Adicie ne lèverait pas ses fesses ! Matinale ? Adicie ne connaissait pas ce mot, et il n'était pas question qu'elle délaisse un tradition de levés à dix heures passés pour un cris d'une hystérique. Hélas, quand Cassiel se leva et entama une course dans les couloirs, la demoiselle comprit qu'elle n'aurait pas le choix...  Elle aurait du dormir contre son torse ou sur lui carrément, il n'aurait pas osé la réveiller !
Alors, contrainte à suivre cette tornade, Adicie se traina lentement jusqu'à sa chambre et observa dans un long braillement une scène des plus désespérante. Ce n'était pas avec une poêle que ce Brouhabam rose ferait fuir l'envahisseur. Quel boulet...
Cependant, la chasseresse tiqua au nom du pokémon et compris tant bien que mal ce qu'il se passait. Oh non, fait que ce ne soit pas ...

Elle chargea donc l'entrée de la porte, bousculant au passage la femme pour affronter du regard SON bouldeneu qui, visiblement radieux, accueillit sa dresseuse les tentacules grandes ouverte, relâchant ainsi leur précédente proie ; le père de Cassiel. T-tient ? .. Mais attendez, cela voulait dire que son bouldeneu venait encore de lui ... Sauver la vie ? Mais... MAIS CE POKEMON ETAIT GENIAL !!! Adicie l'approcha donc et lui caressa doucement les tentacules, un sourire rayonnant aux lèvres mais l'oeil légèrement railleur. Héhé, dans tes dents vieux pervers.
La jeune femme s'approcha donc du colosse pour le caresser quelques instants, délicatement, et sans un mot, mais un sourire presque sournois aux lèvres. Décidément, Bouldeneu était un très bon garde du corps ! C'était positif ça. Et, après quelques seconde, la voix d'Adicie s'éleva enfin, douce et délicate.
"Ooh, mon pauvre choupinou... Je t'ai pourtant dit cent fois qu'il ne fallait pas faire des free hugs aux gens sans leur demander la permission... Tu vois ? Tu as fait peur à la gentille éleveuse... Oui, tu es un gentil Bouldeneu, je le sais, ne boude pas. Je sais que tu voulais bien faire et dire bonjour toi aussi, comme l'adorable pokémon bien élevé que tu es..." Elle marqua une pause et finit par tourner son plus adorable sourire à l'éleveuse, visiblement désolée, et murmura d'une voix emplit de douceur un " je ne comprend pas comment il a pu sortir de sa pokéball... Il a sans doute cru que votre mari voulait prendre soin de lui et il a donc répondu à l'invitation avec joie... Je suis désolée madame, vraiment... Mais comme vous pouvez le constater, il n'y a rien eu de grave, juste un câlin un peu gluant... Enfin, je pense que cela fait partit du quotidien des éleveurs, ce n'est pas votre premier câlin de Bouldeneu, si ?"
Elle lui accorda alors son sourire le plus adorable à cette mère décidément trop bruyante, comme pour la convaincre de la véracité de ses propos et finit par se saisir d'une serviette suspendue à la porte qu'elle tendit, dans sans un regard, au père pour qu'il puisse s'essuyer. Enfin, elle se saisit de la pokéball du géant et le rappela après lui avoir glissé un "merci" d'un souffle à peine audible, qu'elle rangea dans son sac à dos. Elle était définitivement satisfaite du comportement adopté par ce pokémon si adorable et pourtant tant mal jugé... Il était génial.
Mais cette petite gaffe avait sans doute alimenté l'animosité que portait la mère à la demoiselle... Alors celle ci finit par retourner au coté de Cassiel, comme pour bénéficier de son soutient histoire de pas trop se manger de reproche, et lança à la mère, radieuse ;
"-Si vous le souhaitez, pour me faire pardonner je peux vous faire des pancakes aux baies et vous donner un coup de main avec les pokémons ! Je m'en veux pour la frayeur causé par mon Bouldeneu... Et puis ça serait pour moi le meilleur moyen d'apprendre le métier d'éleveuse ! ... Vous avez merveilleusement bien soignée la maman de Mustéboué hier et je n'ai pas eu l'occasion de vous féliciter... C'est bien une chose que je ne sais pas faire et que je vous envie ! Haha. S'il vous plaît, laissez moi vous aider.."

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En vous approchant du Bouldeneu, votre main délicate de jeune femme s'égare quelques instants sur une des tentacules de la plante, la parcourant doucement sur quelques centimètres pour le remercier de vous avoir sagement obéit. Cela fait naitre un doux frisson de contentement chez votre tentaculaire ami, qui relâche alors sa victime au profit d'une étreinte avec sa maitresse. Ses membres grouillants lentement ceinturent vos hanches, vos jambes, et il vous enferme dans ses bras avec un grand sourire sympathique, toujours content de distribuer ses free-hugs à tour de bras.

En revanche, deux personnes dans la pièce ne sont elles pas du tout toutes contentes. Papa Cassiel et Maman Cassiel. Le premier parce qu'il a passé la nuit agrippé a votre Pokemon, et que même si c'est un Eleveur plus ou moins habitué à pâtir de certains comportements, il n'a pas forcément aimé ça. Le problème est qu'il ne peut pas vraiment s'en plaindre, car cela serait avoué pourquoi il était dans votre chambre quelques heures plus tôt. Maman Cassiel, elle, vous prend déjà pour une jeune arriviste qui a essayé de séduire son mari d'une manière peu vertueuse, et là, elle vous voit arriver...de la même direction que son fils. Vous voit revenir tout près de son fils, et lui se mettre machinalement près de vous. Et ses pensées s'emballent, cavalent, « ont ils passé la nuit ensemble ? Mais...quelle petite… ! » je vous épargne la suite, mais de ce que vous pouvez voir dans ses yeux, ce n'est pas un compliment. Et alors que la tension devint électrique entre ces deux boules de colère muette que sont les parents, votre proposition n'est pas vraiment la bienvenue.

- Ca ira, merci. Le ton fut plus haineux et sec que voulu, et elle du se reprendre. Je vais cuisiner moi même, pendant ce temps, je suis sûr que Mustebouée veut voir comment va sa mère. Cassiel, emmène ton amie dehors, veux tu ? Je vous appellerai pour le déjeuner. Allez, ouste, du balai, que j'aide ton père.

Vous comprenez aisément que ce n'est qu'une menace à peine voilée et vous vous dépêchez de suivre Cassiel après vous être habillée au calme et dans l'intimité. Il devait vous retrouver devant le manoir de la pension mais met quelques minutes à arriver, avec pour seules explications son sourire franc et naïf habituel et cinq billes d'acier qu'il vous tend. Deux bleues, trois rouges.

- Tiens, les balls que voulait te donner mon père hier. Et t'en fais pas, c'est pas grave pour le Bouldeneu, ils sont cools mes parents et ça sera vite oublié. Enfin, ma mère a raison dans tout ça, il faudrait amener le petit à sa mère. Tu m'accompagne ? Il ne suit que toi, de toutes façons.

Et là, vous réalisez que si vous voulez une fenêtre pour essayer de garder ce Mustebouée, c'est maintenant ou jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/

Feuille de personnage
Pokémons:
Vous:
avatar

Mission
Un regard emplit d'animosité s'appuyait lourdement sur les épaules de notre chasseresse et, c'est du coin de l'oeil qu'elle comprit qui était ce Mangriff prêt à la dévorer au moindre faux pas. Décidément, Adicie échappait que de peu aux griffes de cette mère enragée qui, il était certain, lui en voulait ouvertement. Cependant notre Seviper au regard améthyste semblait s'en moquer à demi et favoriser la compagnie de Cassiel aux foudres que lui envoyait, à la manière de Zeus, cette femme au regard sévère. Adicie ne s'était donc pas faite prier pour s'enfermer dans sa chambre et de dévêtir, faire sa toilette, et profiter de ce petit moment d'intimité pour songer à la suite des évènements. Qu'avait-elle fait...? Pourquoi c'était donc t'elle laissée faire cette nuit...? Elle ne devait pas se laisser attendrir comme ça ! Se laisser ainsi prendre dans les bras de quelqu'un ! ... Permettre à autrui d'effleurer son cœur emmuré. C'était inconcevable ! Elle avait passée bien trop d'année à construire une muraille autour d'elle pour qu'elle ne vole aussi vite en éclat. La jeune femme vint donc frotter avec une certaine rage ses hanches, à l'endroit même où les mains de son hôte s'étaient posées quelques heures plus tôt, comme pour réprimander ce comportement qu'elle jugeait faible et indigne de sa faible réputation. Ses parents l'auraient tués pour cela...  

Alors, émergeant de la douche au profit d'une morsure froide et désagréable, Adicie vint se vêtir avec rapidité sans pour autant parvenir à chasser cette incompréhension résultant des quelques heures passés au coeur des bras de cet homme. Une douce mais chaude robe vint alors recouvrir un ventre décidément trop frileux, avant d'être agrémenté par des collants et gants couleur jais. Elle ne prit cependant pas le temps de sécher correctement ses cheveux, craignant de tomber sur l'un des parents de son hôte, alors elle fila hors de la maison et affronta l'extérieur d'un oeil attentif et légèrement tendu. Cela ne se passait décidément plus comme elle l'aurait souhaité. Il fallait qu'elle sorte de là, et rapidement...
C'était décidée, lorsque Cassiel reviendrait, elle lui annoncerait son départ. Cependant... Lorsqu'il revint avec les pokéballs, la demoiselle fut tirailler entre l'Avarice et la Peur. Elle n'était pas arrivée jusque là pour fuir aussi vite, si ..? Mais ... Si elle n'était pas certaine de parvenir à remplir cette mission, ne devait elle pas tout abandonner ?

"[...]il faudrait amener le petit à sa mère. Tu m'accompagne ? "
Adicie tressaillit et leva alors ses grands yeux parmes en direction de l'éleveur qui lui affichait encore et toujours ce sourire implacablement joué. Quel bel acteur. La chasseresse venait de se reprendre, se penchant doucement sur l'adorable belette qui jouait autour de ses chevilles. Ses longs cheveux vermeilles alors, ruisselant à la manière d'une cascades et arborant des courbes frivoles et sauvages, furent délicatement rabattu sur une épaule pour dégager une nuque nue et immaculé et ainsi accueillir le passage de la belette. Elle venait ainsi de se glisser sous la dense chevelure de cette chasseresse qui, lentement, levait un intense et hypnotique regard en direction de l'éleveur, comme pour stopper la course du Temps en un simple geste. Pourtant celui ci filait encore et toujours, infatigable, et rappela les devoirs de Miss Rosebois. La mère de Mustéboué hein...

"-Cassiel.. Peux tu m'accorder une faveur s'il te plaît...? Prend soin de mustéboué... Je l'ai vu éclore, je l'ai protégé de Ohmassacre, j'ai essuyée ses larmes, veillé sur son sort et ... Je me suis tellement attaché à lui... J'aimerais que tu lui accorde tous l'amour que j'aurais aimé lui accorder... C'est idiot, je sais mais... Je me sens responsable de lui... "

La demoiselle inclina donc son visage sur celui de la belette qui relevait le museau en sa direction et, c'est avec une douceur sans nom qu'elle lui déposa un baisé sur le haut du crane avant de l'extirper lentement du nid capillaire qu'elle s'était faite, au profit des bras de Cassiel. Car oui, c'était vers lui qu'elle tendait cet oeuf désormais éclot qui avait manqué de lui coûter la vie, un pâle sourire aux lèvres et un simili de larme aux coins des yeux.

Allons le ramener auprès de sa véritable maman, sans quoi il va finir par croire que je suis celle qui l'a porté dans mon ventre. Haha...

La criminelle finit par détourner le regard, comme pour lutter contre un afflux de larmes factices qui, mine de rien aurait pu être véridiques ; elle s'y était attachée à cette petite bestioles, mine de rien. Mais bon, cela constituait une petite mise en scène destinée à démontrer à Cassiel à quel point la disparition de cette petite belette pourrait être insupportable aux yeux de la braconnière. Il suffisait de lui lancer quelques sourires tristes en lui clamant qu'elle était heureuse qu'il est enfin retrouvé sa véritable maman, et feindre quelques larmes lorsque le bébé lui serait arraché. Ca passerait, peut-être.

Pride pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Cassiel.. Peux tu m'accorder une faveur s'il te plaît...? Prend soin de mustéboué... Je l'ai vu éclore, je l'ai protégé de Ohmassacre, j'ai essuyée ses larmes, veillé sur son sort et ... Je me suis tellement attaché à lui... J'aimerais que tu lui accorde tous l'amour que j'aurais aimé lui accorder... C'est idiot, je sais mais... Je me sens responsable de lui...

Cassiel vous regarde avec de grands yeux, papillonnant un peu des paupières alors qu'il hésite entre la surprise de vous voir aussi affligée soudainement et le désir de vous consoler qui se heurte à sa maladresse hésitante et peu habituée à réconforter une jolie jeune femme endeuillée d'un fils spirituel. Il finit par prendre la belette contre lui quand vous lui la tendez après votre maternelle bénédiction et c'est sans un mot que vous vous dirgez, tous ensemble, vers un bâtiment isolé des autres et du tumulte des bestioles pleines de vie et de vigueur qui habitent dans cette vaste pension.

Seul Cassiel entre, en plus du Mustebouée, après vous avoir expliqué que c'est pour ne pas stresser inutilement la mère blessée et surtout pour qu'elle ne vous attaque pas à mort. Ca vous semble un argument assez percutant pour que vous ne décidiez pas d'outrepasser ses consignes et rester hors de l'infirmerie, peut-être à pauffiner votre odieuse stratégie quant à voler celui qui vous a nourrie et protégée. Le tout en abusant de sa confiance, parce que sinon, c'est trop facile, pas vrai ?

Quoiqu'il en soit, votre humble Perceval sort de l'infirmerie en refermant soigneusement la porte derrière lui. Il a encore les yeux dans le vague, dans quelque chose de lointain et quelque chose qu'il considère surement comme important, pour avoir cette tête là. A vrai dire, il ne vous regarde pas vraiment en sortant, avançant de quelques pas jusqu'à vous tourner le dos. Quelques secondes passent, des secondes fragiles et muettes dans lesquelles seul le bruit lointain des cascades de Phi vous apprennent que le temps ne s'est pas figé. Puis, Cassiel parla, d'une voix que vous ne lui avez encore jamais entendue. Une voix posée, calme, dénudée sans doute.

- C'est marrant… Je suis parti de chez moi y'a pas si longtemps. Parce que je m'ennuyais ici, parce que j'avais l'impression que ce monde autour de nous m'appelait. Et puis, je suis tombé sur toi, ou plutôt, tu es tombée sur ma petite vie pas facile dans ces jungles et ces grandes Cités. Au final, je suis rentré ici, et je n'ai plus envie d'en repartir. Peut-être qu'au final, ce n'était pas tant le monde qui m'appelait, mais une sorte de bonne étoile qui voulait que je te rencontre. Et...et je peux pas m'empêcher d'être un peu fier que tu sois là, à regarder l'endroit où j'ai grandit, où j'ai dormit, ou j'ai mangé, où j'ai appris des choses sur les Pokemon… J'ai un peu l'impression de te laisser voir quelque chose que je pensais vouloir caché, mais que ton regard me rend fier de montrer. Le jeune homme, que vous voyez de dos, porte la main a son visage pour en essuyer une petite chose brillante avant de se tourner vers vous, un grand sourire aux lèvres. Bon, et sinon. Qu'est ce que tu aimerais faire, dans notre petit coin de monde perdu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pleikuodl.pokemonrpg.org/
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le croisement des chemins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois chemins qui se croisent (PV Oeil de Lynx et Nuage de Cerisier)
» les chemins de la liberté
» A la croisée des chemins
» Ce qu'apporte la poussière des chemins [Aetius][Terminé]
» Quatre Chemins, Trois Chatons [PV Petite Perle et Petit Courage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pleiku, l'Origines des Légendes :: Pleiku, l'origine des légendes :: Phi :: Les Chutes Hypnotiques-